Le Japon pourrait se doter de capacités militaires offensives

le
0

par Nobuhiro Kubo TOKYO, 10 septembre (Reuters) - Le Japon et les Etats-Unis étudient l'acquisition par Tokyo d'armes offensives qui permettraient au Japon se protéger bien au delà de ses frontières, indiquent des responsables japonais. Ces discussions informelles couvrent tous les cas de figure : du cas où le Japon continuerait à compter totalement sur Washington jusqu'au cas où le pays obtiendrait la panoplie complète de l'armement nécessaire. Si la rivalité avec la Chine fait les gros titres de la presse en matière de défense, la préoccupation de Tokyo concerne surtout les bases de missiles de la Corée du Nord, située à moins de 600 km, indiquent trois responsables Japonais qui participent au processus. En avril dernier, la Corée du Nord a dit qu'en cas de guerre dans la péninsule coréenne, le Japon serait "consumé dans les flammes nucléaires". Ces discussions, sur ce que le Japon considère comme "une capacité de frappe" n'en sont qu'à leurs débuts. Aucun matériel précis n'est évoqué à ce stade, indiquent les responsables japonais. Le Japon voudrait conclure dans cinq ans environ et commencer ensuite à acquérir du matériel, indique un responsable japonais. Les experts militaires soulignent que des capacités offensives nécessiteront un changement dans la doctrine militaire japonaise, purement défensive. Le Japon, contraint par sa constitution pacifiste, n'a pas tiré un coup de feu offensif depuis sa défaite à la fin de la Seconde Guerre mondiale. POUVOIR LANCER UNE FRAPPE Il pourrait s'agir d'obtenir par exemple des missiles de croisière tirés par des sous-marins du même genre que les Tomahawk américains. Les responsables américains disent qu'il n'y a pas de discussions officielle sur la question mais n'excluent pas la possibilité qu'il y ait eu des contacts informels sur le sujet. Redessiner l'armée nippone en une force plus offensive est au centre des préoccupations du Premier ministre Shinzo Abe. Il a déjà levé l'interdiction qui était faite aux militaires japonais de se battre à l'étranger et alléger les interdictions qui pèsent sur les exportations d'armes. Une partie de la motivation du Japon pour développer ses capacités militaires, s'explique par le fait que Tokyo craint que les Etats-Unis, qui ont 28.000 soldats en Corée du Sud ainsi que 38.000 hommes au Japon, n'hésitent à attaquer la Corée du Nord en cas de crise, expliquent les experts japonais. "Nous pourrions vouloir maintenir une certaine capacité limitée de frappes afin de pouvoir lancer une frappe, de sorte que nous puissions dire aux Américains : 'à moins que vous ne fassiez le travail pour nous, nous devrons le faire nous-même'", commente Narushige Michishita, conseiller du gouvernement japonais pour la sécurité nationale de 2004 à 2006. Selon les normes en vigueur, dans le cas d'une attaque de missiles balistiques, "les forces américaines fourniront au Japon les renseignements nécessaires et envisageront, si nécessaire, l'utilisation de forces fournissant un pouvoir de frappe supplémentaire". (Nobuhiro Kubo; avec Phil Stewart à Washington et Tim Kelly à Tokyo; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant