Le Japon pense établir une relation de confiance avec Trump

le
0
 (Actualisé avec citations de Shinzo Abe) 
    par Steve Holland et Kiyoshi Takenaka 
    NEW YORK, 18 novembre (Reuters) - Le Premier ministre 
japonais Shinzo Abe s'est dit convaincu de pouvoir établir une 
relation de confiance avec Donald Trump à l'issue de sa 
rencontre jeudi à New York avec le président élu des Etats-Unis. 
    Pendant la campagne électorale, le candidat républicain a 
suscité l'inquiétude au Japon par un certain nombre de prises de 
position. Il a notamment exprimé sa forte opposition à l'accord 
de partenariat transpacifique (TPP). Il a aussi évoqué la 
possibilité pour le Japon d'acquérir des armes nucléaires et a 
réclamé que les alliés des Etats-Unis augmentent leur 
contribution financière pour le maintien de troupes américaines 
sur leurs territoires.     
    Après 90 minutes d'entretiens informels à la Trump Tower à 
Manhattan, Shinzo Abe a estimé que le futur président 
républicain était un dirigeant digne de confiance. Il n'a 
toutefois pas voulu dévoiler la teneur de la conversation en 
raison du caractère non officiel de cette prise de contact. Il 
s'agissait pour Donald Trump de sa première rencontre en tant 
que président élu avec un dirigeant étranger. 
    "J'ai le sentiment après ces discussions que nous pouvons 
construire une relation de confiance", a déclaré Shinzo Abe aux 
journalistes en évoquant des discussions "franches", dans "une 
atmosphère chaleureuse". 
    "Les alliances ne peuvent fonctionner sans la confiance", 
a-t-il martelé. "Je suis désormais convaincu que le 
président-élu Trump est un dirigeant digne de confiance." 
    Le milliardaire et promoteur immobilier succédera 
officiellement à Barack Obama le 20 janvier. 
    Les deux dirigeants ont décidé de se revoir pour approfondir 
la discussion, a dit Shinzo Abe qui n'a pas dit si elles 
auraient lieu avant la prise officielle de fonction de Donald 
Trump. 
    Avant de quitter Tokyo pour New York, Shinzo Abe avait 
déclaré que l'alliance nippo-américaine était "la pierre 
angulaire de la diplomatie et de la sécurité du Japon". "Il ne 
peut y avoir d'alliance vivante sans confiance", avait-t-il 
ajouté, selon des propos rapportés par l'agence de presse Kyodo. 
 
 (Avec Linda Sieg, Nobuhiro Kubo et William Mallard à Tokyo, et  
David Brunnstrom, Doina Chiacu, Matt Spetalnick et Susan Heavey 
à Washington; Eric Faye, Jean-Philippe Lefief, Jean-Stéphane 
Brosse et Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant