Le Japon enterre le projet nucléaire de Monju de $8,5 milliards

le
0
    TOKYO, 21 décembre (Reuters) - Le Japon a officiellement 
arrêté mercredi le projet de réacteur nucléaire de Monju de 8,5 
milliards de dollars (8,15 milliards d'euros) qui devait 
permettre à terme à l'archipel d'atteindre l'autosuffisance 
énergétique après des décennies de développement infructueux 
parsemées de controverses. 
    La décision de démanteler le prototype de surgénérateur 
rapide de Monju, situé dans la préfecture de Fukui, à l'ouest de 
Tokyo, s'ajoute à une liste de tentatives infructueuses dans le 
monde pour rendre cette technologie commercialement viable et 
réduire les stocks de déchets nucléaires dangereux. 
    "Nous n'acceptons pas cela", a cependant dit le gouverneur 
de Fukui, Issei Nishikawa, aux ministres impliqués dans la 
décision. "Ce changement brutal de politique créé un profond 
sentiment de défiance vis-à-vis du gouvernement", a-t-il ajouté. 
    Issei Nishikawa, fervent soutien de ce projet de réacteur de 
quatrième génération, y voyait une source d'emplois et de 
recettes pour sa préfecture, particulièrement dépendante des 
centrales nucléaires 
    Selon lui, les travaux de démantèlement de Monju ne se 
feront pas sans l'approbation du gouvernement local. 
    Quatre centrales nucléaires classiques se trouvent à 
proximité immédiate de Monju, ce qui lui vaut le surnom de 
"ruelle nucléaire". 
    Ces centrales comme la plupart des autres centrales 
nucléaires du Japon restent fermées dans l'attente des examens 
de sécurité ou de décisions sur leur éventuel démantèlement 
après la catastrophe nucléaire de Fukushima de mars 2011 qui a 
débouché sur l'arrêt de tous les réacteurs du pays. 
    Cette catastrophe a suscité un fort sentiment anti-nucléaire 
au Japon, ce qui rend plus difficile la poursuite de projets 
comme celui de Monju. Depuis le début de sa construction en 1985 
Monju a été le théâtre d'accidents, de dissimulations et 
d'infractions réglementaires en tout genre. 
    Avec l'arrêt de Monju, la facture pour le contribuable est à 
présent estimée à au moins 375 milliards de yens (3,06 milliards 
d'euros) pour le démantèlement de ce réacteur, en plus des 1.000 
milliards de yens déjà déboursés pour le projet lui-même. 
    Le Japon reste déterminé à faire fonctionner cette 
technologie et construira un nouveau réacteur expérimental de 
recherche à Monju, a cependant dit le gouvernement. 
    Des voix au sein même du Parti Libéral Démocratique (PLD) au 
pouvoir jugent toutefois cette nouvelle tentative inutile. 
 
 (Osamu Tsukimori et Aaron Sheldrick; Claude Chendjou pour le 
service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant