Le Japon enchaîne un septième trimestre consécutif de croissance

le
0
    par Stanley White et Leika Kihara 
    Tokyo, 15 novembre (Reuters) - L'économie japonaise a connu 
au troisième trimestre une croissance plus forte qu'attendu, à 
la faveur notamment de la bonne tenue des exportations du pays, 
qui, avec un septième trimestre de suite de hausse du PIB, 
enregistre sa plus longue période d'expansion depuis plus de dix 
ans. 
    Selon les données publiées mercredi par le gouvernement 
japonais, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1,4% en 
rythme annualisé sur la période juillet-septembre, alors que les 
économistes interrogés par Reuters avaient anticipé une 
progression de 1,3%. 
    Au trimestre précédent, la croissance était ressortie à 2,6% 
(chiffre révisé), toujours en rythme annualisé. 
    Les dépenses de consommation ont chuté pour la première fois 
en sept trimestres mais ce repli est vu comme étant temporaire 
au vu d'une situation de plein emploi qui devrait doper la 
consommation des ménages dans un avenir proche. 
    La hausse des dépenses d'investissement et des exportations 
devraient également continuer à soutenir la croissance de la 
troisième économie mondiale, ce qui devrait contribuer à 
dissiper les doutes concernant la faiblesse de l'inflation. 
    "Le taux de croissance potentiel du Japon est autour de 1% 
donc les résultats du troisième trimestre montrent que le taux 
effectif de croissance est plutôt élevé", explique Hidenobu 
Tokuda, économiste chez l'Institut de recherche Mizuho.  
    "Le marché de l'emploi se porte tellement bien que les 
dépenses de consommation vont à coup sûr reprendre. Les dépenses 
d'investissement ont toujours l'air solides. L'économie va 
bien." 
    Le PIB a augmenté de 0,3% par rapport au précédent trimestre 
ce qui est conforme à la moyenne prévue, alors que la hausse 
était de 0,6% d'un trimestre à l'autre sur la période 
avril-juin. 
     
    L'ÉCONOMIE DEVRAIT ÉGALEMENT CROÎTRE AU T4 
    Les livraisons de voitures et de composants électroniques 
vers les Etats-Unis et l'Asie ont été soutenues durant le 
troisième trimestre, ce qui reflète la bonne tenue de la demande 
mondiale, montrent les données officielles. 
    A titre de comparaison, une demande externe défavorable 
avait amputé le PIB du deuxième trimestre de 0,2 point de 
pourcentage. 
    La consommation des ménages, qui représente environ deux 
tiers du PIB, a baissé de 0,5% par rapport au trimestre 
précédent, soit au-delà du recul estimé en moyenne à 0,3% par 
les économistes, ce qui constitue le premier déclin de son poste 
depuis le dernier trimestre 2015. 
    Ce déclin est la conséquence de dépenses en baisse dans les 
restaurants et les hôtels, ainsi que de la diminution des achats 
de voitures et de téléphones portables, note un responsable 
gouvernemental. Une météo défavorable a peut-être également 
porté préjudice à la consommation, a-t-il ajouté. 
    "Notre point de vue, selon lequel la tendance est à une 
reprise modérée de l'économie, ne change pas", a souligné le 
ministre japonais de l'Economie Toshimitsu Motegi. 
    "Nous devons faire en sorte que cette reprise dure, afin de 
pouvoir faire avancer des réformes destinées à dynamiser la 
productivité du Japon", a poursuivi le ministre. 
    Selon l'économiste Marcel Thielant, spécialiste du Japon 
chez Capital Economics, les données publiées ce mercredi 
suggèrent que l'activité économique va continuer à croître lors 
du trimestre en cours, notamment grâce à une demande externe qui 
devrait reste soutenue. 
    "Cependant, l'économie se dirige vers des limites en terme 
de capacités, ce qui suggère que la croissance va commencer à 
ralentir l'année prochaine. Nous renouvelons notre estimation 
d'une croissance à hauteur de 1% en 2019 contre 1,5% cette 
année", a-t-il dit. 
    Le gouvernement japonais a prévu d'annoncer avant la fin de 
l'année un lot de mesures économiques visant à accroître les 
investissements dans les formations professionnelles et à 
améliorer la productivité. 
 
 (Jean Terzian pour le service français, édité par Benoît Van 
Overstraeten) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux