Le Japon doit affecter la hausse de la TVA au désendettement-S&P

le
0

par Stanley White TOKYO, 23 octobre (Reuters) - Le Japon doit consacrer le produit de la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) prévue en 2017 à la réduction de la dette publique, recommande l'agence de notation Standard & Poor's. Exempter certains produits alimentaires de la hausse pourrait la rendre plus acceptable par l'opinion publique japonaise, a précisé KimEng Tan, responsable de la notation souveraine pour l'Asie de S&P, dans un entretien à Reuters. "Le point important est que la TVA doit rapporter des recettes afin d'abaisser le niveau de l'endettement", a-t-il toutefois prévenu. "Exempter certains produits de la hausse de la taxe n'a rien d'inhabituel, mais chaque fois qu'il y a exemption, la mise en oeuvre est plus coûteuse", a-t-il ajouté en faisant référence notamment aux coûts administratifs associés pour les entreprises et le gouvernement. S&P a abaissé la note souveraine à long terme du Japon de AA- à A+, le mois dernier en raison de ses doutes sur la capacité du gouvernement japonais à enrayer la détérioration de la situation économique. Elle a en revanche relevé la perspective de la note à "stable" contre "négative" précédemment. La perspective stable signifie que la note du Japon ne devrait pas être modifiée dans les 12 à 24 prochains mois mais S&P la réexaminera chaque année, a dit Tan. Le gouvernement japonais prévoit de porter le taux de TVA de 8% à 10% en 2017 pour faire face à la hausse des dépenses de couverture sociale et vieillesse. Le Premier ministre Shinzo Abe a dit vouloir exempter certains produits alimentaires de cette hausse pour ne pas pénaliser les ménages à bas revenus. Le gouvernement Abe prévoit de dégager un excédent budgétaire primaire à partir de l'exercice fiscal 2020 et de réduire ensuite le ratio d'endettement, le plus élevé au monde, proche de 200% du PIB. Pour Tan, il est important que le gouvernement se tienne à cet objectif et favorise une croissance économique soutenue pour augmenter les recettes fiscales. Il a aussi émis des doutes sur le projet du gouvernement de réduire le taux de l'impôt sur les sociétés pour les encourager à investir, soulignant que les entreprises nipponnes disposent déjà de trésoreries bien garnies. Alors que l'inflation a rechuté au Japon, en partie sous l'effet de la baisse des cours du pétrole, Tan a estimé que les autorités nippones avaient besoin d'une inflation modérée pour soutenir l'activité économique et alléger le poids de l'endettement. (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux