Le Japon dit avoir remporté les J.O. de 2020 honnêtement

le
0
 (Actualisé avec précisions parquet financier) 
    TOKYO, 12 mai (Reuters) - Le gouvernement japonais a déclaré 
jeudi que la campagne menée par la ville de Tokyo pour 
accueillir les Jeux olympiques de 2020 avait été menée de façon 
régulière. 
    Cette réaction intervient au lendemain de la publication 
d'un article du quotidien britannique The Guardian selon lequel 
l'équipe chargée de promouvoir la candidature de Tokyo au J.O. 
de 2020 avait effectué un versement de 1,3 million d'euros sur 
un compte d'une banque singapourienne. 
    Ce compte, dit le quotidien britannique, était lié à Papa 
Massata Diack, fils de l'ancien président de la Fédération 
internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack. 
    Jeudi, le secrétaire général du gouvernement japonais, 
Yoshihide Suga, a déclaré lors d'une conférence de presse ne pas 
avoir d'informations sur cette affaire. Il a toutefois indiqué 
que si la justice française demandait une enquête sur le dossier 
olympique japonais, le Japon répondrait de la façon qu'il 
convient. 
    La justice française avait annoncé début mars avoir étendu 
son enquête sur la corruption dans l'athlétisme aux conditions 
d'attribution des Jeux Olympiques 2016 et 2020.  
    Le Parquet national financier (PNF) français a confirmé 
jeudi avoir été informé en décembre 2015 de deux mouvements 
financiers qui seraient intervenus aux mois de juillet et 
d'octobre 2013, représentant un montant total de 2,8 millions de 
dollars singapouriens (environ 1,7 million d'euros au cours 
actuel). 
    Ces mouvements, sous le libellé "Tokyo 2020 Olympic Game 
Bid", provenaient d'un compte ouvert dans une banque japonaise,  
   au profit de la société "Black Tidings" à Singapour, 
précise-t-il dans un communiqué. 
    Ces flux financiers, "dans un temps proche de la désignation 
par le Comité International Olympique (CIO) de la ville 
organisatrice des Jeux Olympiques 2020" et "la constatation 
parallèle d'importants achats effectués à Paris et financés par 
'Black Tidings'", ont justifié l'ouverture d'une enquête pénale 
distincte, précise-t-il.  
    Une information judiciaire a été confiée à trois juges 
d'instruction. 
 
 (Kaori Kaneko; Danielle Rouquié pour le service français, avec 
Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant