Le Japon conserve sa confiance dans les obligations du FESF

le
0
LE JAPON CONSERVE SA CONFIANCE DANS LES OBLIGATIONS DU FESF
LE JAPON CONSERVE SA CONFIANCE DANS LES OBLIGATIONS DU FESF

TOKYO (Reuters) - La confiance du Japon dans les obligations du Fonds européen de stabilité financière (FESF) n'a pas été ébranlée par l'abaissement de la note de crédit du Fonds lundi par Standard & Poor's, a déclaré mardi le ministre japonais des Finances Jun Azumi.

L'agence de notation américaine a abaissé d'un cran la note de crédit du FESF, passée de AAA à AA+, trois jours après avoir privé la France et l'Autriche de leur triple A et abaissé les notes de sept autres pays de la zone euro.

Jun Azumi a déclaré que les obligations émises par le FESF restaient attractives, même si l'affaiblissement de l'euro mérite une surveillance renforcée car il pénalise les exportateurs japonais.

"Le Japon en a acheté un certain volume (de titres du FESF) et notre position n'a pas changé uniquement à cause de la dégradation", a dit Jun Azumi à des journalistes.

Certains responsables politiques japonais craignent que le ralentissement économique en Europe fasse dérailler la reprise économique de l'archipel nippon en pesant sur la demande pour les produits japonais tout en accentuant la demande pour le yen, perçu comme un placement sûr.

Interrogé sur la nécessité d'intervenir pour enrayer la baisse de l'euro, Jun Azumi a répondu qu'il souhaitait examiner avec attention les mouvements des taux de change.

Il a en outre exhorté les Européens à renforcer leurs défenses, en créant un pare-feu autour des pays les plus endettés pour éviter que la crise se propage et en soutenant la monnaie unique. Selon lui, il revient à la France et à l'Allemagne de diriger cette bataille.

Paris et Berlin ont jugé lundi soir qu'il était inutile de renforcer les fonds du FESF en dépit de la décision de S&P.

Tokyo a jusqu'à présent racheté pour 3,535 milliards d'euros d'obligations sur un total de 21 milliards d'euros émis par le FESF.

Les responsables politiques japonais ont déclaré qu'ils continueraient d'acheter des obligations émises par le FESF si l'Europe poursuit ses efforts pour résoudre la crise de la dette.

La situation en Europe est actuellement au centre des préoccupations japonaises, comme en témoigne la réunion organisée mardi entre le gouverneur de la Banque du Japon Masaaki Shirakawa et le Premier ministre Yoshihiko Noda consacrée notamment à la crise de la dette souveraine et aux dernières évolutions sur les marchés financiers.

Tetsushi Kajimoto; Eric Faye et Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant