Le Japon conçoit son propre chasseur mais discute coopération

le
0
    * Tokyo étudie le remplacement de ses F-15 et F-2 
    * Le Japon a conçu son propre programme expérimental ATD-X 
    * Tokyo veut préserver sa supériorité aérienne sur la Chine 
    * Le coût de développement d'un nouveau chasseur peut-être 
prohibitif 
 
    par Siva Govindasamy 
    23 mars (Reuters) - Le Japon a ouvert des discussions avec 
des sociétés occidentales portant sur des avions de combat de 
prochaine génération, ont déclaré des sources, alors que 
l'ATD-X, un avion furtif expérimental construit localement, doit 
procéder à ses premiers vols d'essai dans les jours qui 
viennent. 
    Les technologies testées sur l'Advanced Technology 
Demonstrator (ATD-X), conçu par Mitsubishi Heavy Industries 
(MHI)  7011.T  et l'institut de recherche et de développement 
techniques du ministère de la Défense, seront incorporées dans 
le futur chasseur F-3, dit-on de sources industrielles et 
gouvernementales. 
    "Ils (les Japonais) en sont pour l'instant à examiner nos 
aptitudes", a dit une source d'une société occidentale. "Il n'y 
a aucune décision et aucun programme officiel pour le prochain 
chasseur, seulement des discussions qui, en toute logique, 
devraient déboucher sur un chasseur à un moment ou à un autre". 
    Les analystes évaluent à 40 milliards de dollars au moins 
(35,7 milliards) le coût d'un tel programme, ce qui pourrait 
s'avérer prohibitif.  
    Le Japon, soucieux de conserver une supériorité aérienne sur 
la Chine, s'est déjà engagé à acheter 42 F-35 Joint Strike 
Fighter (JSF), construits par Lockheed Martin  LMT.N , l'une des 
sociétés avec lesquelles il serait en discussion, tout comme 
Boeing  BA.N .  
    Toutefois, les carences prêtées à ce chasseur dans les duels 
aériens et le refus des Etats-Unis de vendre le F-22 Raptor, un 
autre avion de combat construit par Lockheed Martin, ont amené 
le Japon à élaborer son propre programme pour remplacer sa 
flotte de quelque 150 Boeing F-15J vieillissants. 
    Il est probable que les projets du Japon en la matière 
seront définitivement arrêtés fin 2017 ou début 2018, assurant 
le financement du programme F-3 à partir du plan quinquennal 
2018-2022 avec une mise en service autour de 2030, ont ajouté 
les sources. 
    Ce programme pourrait aller de pair avec, dans l'intervalle, 
une mise à niveau des F-15 par le biais de nouveaux moteurs, 
radars et autres équipements, estiment-elles. 
    Le ministère de la Défense a dit qu'il étudiait diverses 
possibilités pour l'avenir "y compris une conception 
indépendante et une conception internationale commune" en vue  
de remplacer sa flotte de chasseurs F-2 à partir de 2030 
environ. Le F-2 avait été conçu via une collaboration entre MHI 
et Lockheed Martin, en prenant pour modèle le F-16 américain. 
    Le ministère s'est refusé à dire s'il avait ouvert des 
discussions avec des sociétés de défense occidentales. 
     
    LE JAPON VOULAIT LE F-22 ET RÉCOLTE LE F-35 
    Les tensions allant croissant entre la Chine et les 
Etats-Unis et leurs alliés en mers de Chine orientale et 
méridionale, le Japon veut être sûr de pouvoir dominer son 
espace aérien, d'autant que la sécurité est l'une des priorités 
du Premier ministre Shinzo Abe.  
    Les avions de combat créés par la Chine ne font pas encore 
le poids face à ce que les Etats-Unis et leurs alliés peuvent 
présenter de mieux mais Pékin n'en développe pas moins ses 
compétences, disent des experts militaires. 
    Le Japon comptait sur le F-22 Raptor pour assurer sa 
maîtrise des cieux mais, en dépit de discussions relancées à de 
multiples reprises, Washington a refusé de vendre cet appareil 
même à l'un de ses alliés les plus proches.  
    "Le Japon voulait vraiment le F-22 mais n'a eu que le F-35", 
a dit une source proche du ministère de la Défense. "Cela a créé 
des inquiétudes et de la frustration".  
    Au ministère de la Défense, on pense que si le programme F-3 
était poursuivi, son résultat serait proche du F-22, tant 
visuellement que techniquement, selon une deuxième source basée 
au Japon.  
    Des versions avec et sans pilote sont à l'étude, la première 
ayant la préférence, a ajouté cette source. 
    Le Japon a récemment abrogé l'interdiction d'exporter des 
armements et même si le F-3 doit répondre avant tout à des 
besoins internes, il pourrait être envisagé de le vendre à 
l'extérieur.  
    Certains analystes pensent que le coût de développement d'un 
avion du niveau du F-22 risque d'être un obstacle insurmontable, 
même pour la troisième économie mondiale. 
    "Payer pour cet écart de performance en concevant un nouvel 
appareil est tout simplement trop onéreux. Où le Japon va-t-il 
bien pouvoir trouver 40 milliards de dollars voire plus dans son 
budget de la Défense pour développer un nouvel avion?", 
s'interroge Richard Aboulafia (Teal Group). 
    C'est pourquoi s'allier à des firmes occidentales serait un 
moyen de réduire les coûts.  
    Lockheed Martin s'est dit très intéressé par le F-3. Quant à 
Boeing, il estime "qu'il y aura l'opportunité pour nous de 
prêter main-forte", selon Jim Armington, directeur du 
développement en Asie de l'est pour la division militaire de 
Boeing. 
    Un autre associé potentiel serait Eurofighter, le consortium 
européen composé d'Airbus  AIR.PA , Alenia Aermacchi, filiale de 
Finmeccanica  SIFI.MI , et BAE Systems  BAES.L , qui construit 
le chasseur Typhoon, observent les sources. Un porte-parole 
d'Eurofighter s'est refusé à tout commentaire.      
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Joanny) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant