Le Japon bouscule aussi les prix des matières premières

le
0
La catastrophe qui frappe le pays entraîne la baisse des prix du soja et du maïs, prisés par les Japonais. En revanche, les cours du gaz naturel et du charbon grimpent. L'uranium dévisse.

Les marchés d'actions ne sont pas les seuls à réagir à la catastrophe qui frappe le Japon. Depuis le séisme et le tsunami qui ont dévasté les côtes de l'Archipel vendredi dernier, le secteur des matières premières est en ébullition. Et en particulier celui de l'énergie.

L'uranium, le mauvais élève

L'impact le plus visible s'observe sur les cours de l'uranium. Le prix de l'oxyde d'uranium a chuté de 9,8% en cinq jours et s'échangeait à 60 dollars lundi contre 66,50 dollars une semaine plus tôt, d'après un rapport de l'institut spécialisé UX Consulting.

Cet élément radioactif naturel, central dans le fonctionnement des réacteurs nucléaires, fait les frais de la mauvaise image du secteur depuis les complications qui affectent la centrale japonaise de Fukushima. La crise nucléaire que connaît le Japon engendre des débats mondiaux sur la dangerosité potentielle de cette source d'énergie, poussant certains pays, comme l'Allemagne, à fermer les réacteurs les plus

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant