Le Japon autorise le Boeing 787 à redécoller

le
0
Le Japon autorise le Boeing 787 à redécoller
Le Japon autorise le Boeing 787 à redécoller

Parez au décollage. Le Boeing 787 peut de nouveau prendre les airs au Japon. Le ministère des Transports a formellement approuvé vendredi sa remise en exploitation par les compagnies nippones. Le Japon emboîte ainsi le pas aux Etats-Unis qui, la veille, ont levé l'interdiction de vol de ces avions, cloués au sol depuis mi-janvier, à la suite de graves incidents sur les batteries de ces appareils.

En effet, jeudi, l'Agence fédérale de l'Aviation américaine (FAA) a émis une directive qui met fin, à compter de ce vendredi, à l'interdiction de vol pour les appareils 787 «Dreamliner». Des modifications techniques de batteries ont été effectuées sur ces avions et approuvées par les autorités. Le Japon, pour sa part, demande des mesures supplémentaire concernant le contrôle et l'entretien des batteries.

Cinq jour de travail par avion pour changer les batteries

Selon cette directive, les compagnies aériennes qui comptent des long-courriers 787 dans leur flotte doivent impérativement installer, sur leurs batteries principales et auxiliaires, des systèmes d'isolation et des gaines pour éviter la contagion d'un éventuel court-circuit ou d'une hypothétique surchauffe d'une cellule à toute la batterie voire à l'avion. Les batteries elles-mêmes, et leurs chargeurs, doivent également être remplacés. Ce travail, selon le constructeur aéronautique américain Boeing, prend environ cinq jours par avion.

Mardi, l'Agence européenne de la sécurité aérienne avait approuvé les modifications de batteries proposées par Boeing. Ces changements seront effectuées sous le contrôle des autorités nationales de régulation des différents pays où sont basés les avions afin d'autoriser ensuite les vols.

Fin des réparations d'ici la mi-mai chez United Continental

Le casse-tête des batteries lithium-ion du 787 semble donc toucher à sa fin pour Boeing. Le constructeur, qui a connu problème technique sur problème technique dans le...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant