Le jackpot de l'ex-PDG de la Halle

le , mis à jour à 09:47
8
Le jackpot de l'ex-PDG de la Halle
Le jackpot de l'ex-PDG de la Halle

3,075 M€ : c'est le montant, selon nos informations, des indemnités de départ touchées par Marc Lelandais, ex-PDG du groupe Vivarte (la Halle, André, Kookaï...), remercié fin octobre dernier après deux ans d'exercice pour « désaccord sur la conduite future du groupe ». Un parachute doré qui risque de laisser un goût amer aux 17 000 salariés, sonnés par l'annonce faite avant-hier de la suppression de 1 600 postes dans les enseignes, principalement la Halle.

Selon le détail de l'accord de transaction signé le 29 octobre 2014 avec la direction, que notre journal a consulté, ce transfuge de l'industrie du luxe et pro de la finance a touché un « bonus pour restructuration » d'un montant de 1 M€, auquel s'ajoute une indemnité de sortie de 1 M€, selon les termes prévus dans son contrat d'embauche de juillet 2012, ainsi que 1,075 M€ pour solde de tout compte. « Comme vous le savez, bien que nous reconnaissions vos qualités démontrées lors de la mise en œuvre réussie de la renégociation de la dette du groupe, nous exprimons cependant nos inquiétudes vis-à-vis de la stratégie et d'un certain nombre des mesures de restructuration », lit-on dans ce document en anglais qui acte la révocation de l'ancien PDG de Vivarte, remplacé par Richard Simonin.

L'échec de la montée en gamme

L'entreprise lui sait gré de la négociation menée auprès de créanciers du groupe afin que ces derniers renoncent à se faire rembourser les 2 Mds€ que l'entreprise leur devait. En contrepartie, ces mêmes créanciers sont entrés au capital de Vivarte à hauteur de 2 Mds€. Depuis, ils ont pris le contrôle du groupe, changé l'équipe de direction et... découvert le pot aux roses. Car la stratégie mise en place par Marc Lelandais (montée en gamme de la Halle) a été un échec. Selon un connaisseur du dossier, elle a « conduit le groupe dans le mur en faisant fuir les anciens clients sans en attirer de nouveaux », comme le montrent les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 9 avr 2015 à 11:27

    Le vrai jackpot, c'est pour le fisc : 75% de taxe au-delà du million, sans aucune prise de risque.

  • M7166371 le jeudi 9 avr 2015 à 10:27

    l'échec copieusement récompensé , assez abject comme trop souvent dans ce microcosme délétère

  • lopez69 le jeudi 9 avr 2015 à 10:07

    Suffi, mieux!

  • lopez69 le jeudi 9 avr 2015 à 10:06

    Dans un mauvais western,, une branche aurait suffit pour régler cette affaire.

  • titresyl le jeudi 9 avr 2015 à 10:05

    mais non fifi il a fait économiser 3 milliards .... par 3 millions

  • M3182284 le jeudi 9 avr 2015 à 08:31

    Je propose que les contrôleurs aériens en grève participent à l'effort de solidarité de Vivarte avec 200 euros de retenue pour les indemnités des futurs chomeurs

  • jep02 le jeudi 9 avr 2015 à 07:54

    Combien aurait il touché si sa stratégie avait été un succès ? En plus, ce genre de personne est convaincu d'avoir raison, sans aucun remord. Quelle époque formidable.

  • jepe48 le jeudi 9 avr 2015 à 07:14

    De combien sera le chèque de départ des employés ? j'écris par ailleurs "Qui a pu juger/estimer que son passage au sein de la société vallait bien une prime de 3 millions d'euros ? certainement les mêmes qui auront à juger/estimer la prime à donner à la personne p/exemple qui vend les godasses dans un magasin - bientôt la réponse amha