Le Honduras, un adversaire coriace

le
0
Le Honduras, un adversaire coriace
Le Honduras, un adversaire coriace

L'orage qui s'est abattu sur Miami dimanche soir n'a pas calmé les ardeurs du Honduras. Bien au contraire. Si le match amical face à l'Angleterre (0-0) a été interrompu quarante minutes en raison des conditions climatiques, ce contretemps est loin d'avoir refroidi les ardeurs des joueurs du petit pays d'Amérique centrale. Foi d'Anglais, on n'avait rarement vu opposition aussi musclée pour un simple match de préparation. Visiblement, les Honduriens avaient déjà enclenché le mode compétition. A l'issue de la rencontre, les critiques des joueurs anglais à l'égard du jeu dur pratiqué par le Honduras n'ont pas été tendres. « Il n'y avait pas de rythme, nous sommes frustrés mais soulagés de ne pas compter de blessés, a déclaré un Steven Gerrard frustré à l'issue de la rencontre. Il y a eu des tacles horribles pour un match amical. » Avec cinq cartons jaunes et un rouge, on peut même estimer que le Honduras s'en tire bien.

« Le Honduras est venu pour casser le jeu, licitement ou pas »

Car les hommes de Luis Fernando Suarez n'ont pas ménagé leurs efforts pour rendre la rencontre aussi âpre qu'électrique. De tacles assassins en gestes violents (on pense à un coup de coude asséné à Leighton Baines), les Honduriens n'ont cessé de pourrir le jeu, provoquant la colère de certains joueurs anglais au coup de sifflet final. Roy Hodgson a lui préféré la diplomatie quand certains joueurs de la sélection aux Three Lions ont refusé de serrer la main à leurs adversaires au coup de sifflet final. « Nous n'avons aucun blessé, c'est le principal », a laconiquement commenté le sélectionneur anglais. Les médias britanniques ne se sont pas privés d'aller dans le sens de leur équipe en fustigeant le comportement et l'agressivité des joueurs honduriens. Joe Hart, le gardien anglais, y est allé de son petit commentaire : « Le Honduras est venu pour casser le jeu, licitement ou pas. »

« Les joueurs honduriens vont tout donner, jusqu'à la dernière goutte de leur sang »

C'est tout simplement ce qui attend les Bleus dimanche pour leur entrée en lice dans ce Mondial. Car le Honduras a fait de la rigueur défensive une de ses armes pour se qualifier pour le Brésil. Les Catrachos ne feront pas de cadeaux aux Bleus à Porto Alegre. « Une chose est sûre : même si on perd nos trois matchs, les joueurs honduriens vont tout donner, jusqu'à la dernière goutte de leur sang », a prévenu le sélectionneur Luis Fernando Suarez. Des paroles qui n'ont jamais été aussi proches que leurs propres actes. Pour bien entrer dans la compétition, l'équipe de France devra montrer plus d'intelligence que l'Angleterre, tombée dans le jeu de la provocation. Et rapidement faire la différence pour que cette équipe se découvre. Sinon, la partie risque d'être plus compliquée que prévue pour des Bleus logiquement archi-favoris de cette première rencontre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant