Le Honduras croule sous le café

le
0

Les planteurs du Honduras produisent plus que jamais, portés par les cours de l'arabica. Au point de ne plus savoir que faire de leurs récoltes.

La production a augmenté d'un million de sacs en 4 ans (+30% depuis 2008), mais les équipements ne suivent pas. A défaut de meilleure solution, une coopérative a récemment loué un terrain de football pour faire sécher son café vert au soleil. Au moins 300.000 sacs ont été endommagés par l'humidité la saison dernière, et faute de capacités de séchage adéquates, les producteurs pourraient encore perdre une bonne part de la prochaine récolte d'après l'Instituto Hondureño del Café.

Les 100.0000 producteurs de café hondurais comptent sur les banques de développement pour les aider à financer des dispositifs de séchage. Ceci, bien que la livre d'arabica soit descendue de 3 dollars la livre en mai 2011 à 1,73 dollar à New York le 9 mai, réduisant leurs capacités à rembourser. Le café du Honduras SHG se négocie 12% en dessous du cours de son équivalent, l'UGQ colombien, parce que sa qualité est légèrement moins bonne, précise le négociant Volcafe.

Le Honduras a produit 4,3 millions de sacs en 2011-2012, d'après l'ICO (International Coffee Organisation), et devrait atteindre 4,5 millions de sacs cette année, contre 4,6 millions de sacs pour le Mexique. Sur les six derniers mois, le Honduras a exporté 913.500 sacs, trois fois plus que le Mexique, et pourrait lui disputer cette année le 3e rang mondial parmi les exportateurs d'arabica, derrière le Brésil et la Colombie.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant