Le «high yield», un indicateur de mauvais augure pour la Bourse

le , mis à jour le
0

La courbe fait peur. Elle montre l’inexorable montée des écarts de taux entre les obligations à haut rendement (high yield) des entreprises à faible solvabilité et les titres d’Etat américains de même échéance. Ces surcroîts de rémunération se sont accrus de 100 points en l’espace de deux mois.

L’écart entre les obligations du Trésor et celles d’entreprises mal «notées» atteint désormais presque 600 points de base. Au premier semestre 2014, ce marqueur de l’inquiétude des investisseurs en obligations était tombé à environ 340 points de base.

On ne parle même pas des écarts de rémunération, par rapport aux obligations du Trésor américain, des titres à haut rendement d’entreprises du secteur pétrolier. Le prix du baril de brut est tombé à 45 dollars. C’est un niveau inférieur au seuil de rentabilité de nombre de petits producteurs américains de pétrole très endettés.

Leur solvabilité en a pris un coup. Sur le marché secondaire des obligations, les taux de rendement de ces titres devenus bien plus risqués sont montés au plafond, c’est-à-dire à plus de 1.000 points de base de plus que les obligations du Trésor.

Malik Haddouk, directeur de la gestion diversifiée de CPR Asset management, fait remarquer que le «niveau des spreads [écarts de rendement] a souvent constitué un indicateur

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant