Le Hezbollah vise les forces israéliennes, tirs de riposte

le
0
 (actualisé tout du long) 
    BEYROUTH, 4 janvier (Reuters) - Le Hezbollah a déclaré avoir 
déclenché une bombe visant des militaires israéliens lundi à la 
frontière libanaise, ce qui a eu pour conséquence des pilonnages 
israéliens contre un secteur du Sud-Liban. 
    Le Hezbollah a dit avoir agi pour venger la mort en Syrie 
d'une de ses figures éminentes, Samir Kuntar, dont 
l'organisation chiite a tenu l'armée israélienne responsable. Le 
Hezbollah avait juré de déclencher des représailles après la 
mort de Kuntar, survenue dans la nuit du 19 au 20 décembre à 
Djaramana, dans les faubourgs de Damas. 
    "L'organisation du dirigeant martyr Samir Kuntar a fait 
exploser un engin de forte puissance au passage d'une patrouille 
israélienne dans les fermes de Chebaa(...), détruisant un 
véhicule israélien et blessant ses occupants", a affirmé le 
Hezbollah. 
    L'armée israélienne a indiqué que l'explosion avait visé des 
véhicules militaires de Tsahal dans le secteur des fermes de 
Chebaa, à quoi les forces israéliennes ont riposté par des tirs 
d'artillerie. 
    Les médias libanais ont indiqué que les pilonnages 
israéliens avaient visé la localité d'Al Wazzani, non loin de 
là, ainsi que d'autres secteurs. 
    Au moins dix obus israéliens se sont abattus sur Al Wazzani 
peu après l'explosion de la bombe, provoquant des dégâts 
matériels, ont rapporté des témoins. La chaîne de télévision 
libanaise New TV a quant à elle fait état de blessés dans les 
pilonnages. 
    Le Hezbollah épaule l'armée régulière syrienne dans la lutte 
 contre les rebelles hostiles au régime de Bachar el Assad, et 
selon les médias syriens, Samir Kuntar a pris part à l'offensive 
lancée l'an dernier à Kouneitra, non loin du plateau du Golan. 
 
 (John Davison, Tom Perry, Laila Bassam et Suleiman Al Khalidi; 
Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant