Le Hezbollah enterre Kuntar, tient Israël pour responsable

le
0
 (actualisé avec déclarations de Nasrallah) 
    BEYROUTH, 21 décembre (Reuters) - Le Hezbollah a déclaré 
lundi qu'Israël serait tenue responsable de la mort de Samir 
Kuntar, figure du mouvement chiite libanais tué ce week-end lors 
d'une frappe aérienne en Syrie et lui a organisé des funérailles 
habituellement réservées à ses principaux commandants. 
    Tandis que des combattants du Hezbollah en uniforme 
militaire portaient le cercueil de Samir Kuntar jusqu'à un 
cimetière chiite du sud de Beyrouth, fief du mouvement, 
plusieurs milliers de personnes criaient : "Mort à Israël". 
    "Si les Israéliens pensent qu'en tuant Samir Kuntar ils ont 
soldé un compte, alors, ils se trompent beaucoup parce qu'ils 
savent, ou sauront, qu'ils en ont au contraire ouvert 
plusieurs", a déclaré lors des funérailles Hachem Safeïeddine, 
un responsable du mouvement. 
    Le numéro un du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a estimé 
lui aussi que l'armée de l'air israélienne était responsable de 
la mort de Samir Kuntar et a assuré que son organisation le 
vengerait en temps et en heure. 
    "Il ne fait aucun doute à nos yeux qu'Israël a assassiné 
Samir Kuntar, ses avions ont tiré des missiles de précision sur 
l'appartement où il se trouvait", a déclaré Nasrallah dans un 
discours retransmis par la chaîne de télévision du Hezbollah, Al 
Manar. 
    "Nous tenons l'ennemi sioniste responsable de son 
assassinat!", a-t-il lancé. 
    "Samir est l'un des nôtres, un des chefs de notre 
résistance, et il est de notre droit de venger son assassinat, à 
l'endroit, au moment et de la façon que nous jugerons 
appropriés. Si Dieu le veut, nous exercerons ce droit!" 
     
    ARRÊT DEVANT LA TOMBE DE MOUGHNIYAH 
    Samir Kuntar, qui était âgé de 53 ans, avait été emprisonné 
en Israël pour avoir participé à une opération en 1979 qui avait 
fait quatre morts en Israël. Il appartenait à l'époque à un 
groupe palestinien. Il avait été rapatrié au Liban en 2008 lors 
d'un échange de prisonniers avec le Hezbollah. C'est à ce 
moment-là qu'il avait rejoint le Parti de Dieu. 
    Israël a salué sa mort, affirmant qu'il préparait des 
attentats contre des intérêts israéliens à partir de la Syrie, 
mais n'est pas allé jusqu'à endosser la responsabilité de la 
frappe aérienne qui l'a tué samedi. 
    Samir Kuntar s'était fait discret après sa libération. Le 
Hezbollah, qui combat en Syrie auprès des forces loyales au 
président Bachar al Assad, n'a pas dit quel rôle il jouait dans 
le conflit syrien. Selon la presse publique syrienne, il avait 
participé à une grande offensive cette année à Kouneitra, près 
du plateau du Golan occupé par Israël. 
    En janvier, une frappe aérienne israélienne en Syrie avait 
tué près du Golan six membres du Hezbollah, dont un commandant 
et le fils de feu son chef militaire Imad Moughniyah près du 
Golan. 
    Lundi, dans un geste symbolique aux obsèques, les 
combattants du Hezbollah qui portaient le cercueil de Samir 
Kuntar ont fait un arrêt près de la tombe d'Imad Moughniyah où 
ils ont juré fidélité à Sayyed Hassan Nasrallah. 
 
 (Mariam Karouny; Danielle Rouquié et Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant