Le Hezbollah attaque un convoi israélien à la frontière libanaise

le
2

* Quatre soldats israéliens blessés * L'artillerie israélienne riposte * Le Hezbollah a voulu se venger du raid du 18 janvier * Un soldat de l'Onu tué par Jeffrey Heller et Sylvia Westall JERUSALEM/BEYROUTH, 28 janvier (Reuters) - Quatre soldats israéliens ont été blessés mercredi matin dans une attaque du Hezbollah contre un convoi de Tsahal à proximité de la frontière libanaise, dans le secteur contesté des fermes de Chebaa. C'est l'attaque la plus grave menée par le mouvement chiite libanais contre les soldats israéliens depuis la guerre de 34 jours qui les avait opposés durant l'été 2006. La Finul, la force des Nations unies dans le sud du Liban, a par ailleurs annoncé la mort d'un de ses membres dans des circonstances qui n'ont pas été précisées. L'attaque au missile contre le convoi israélien a été revendiquée par une "brigade des martyrs de Kouneïtra". Le 18 janvier, un raid aérien israélien en Syrie, dans la province de Kouneïtra proche du plateau du Golan, a tué notamment un général des gardiens de la révolution iraniens, Mohammed Allahdadi, et le fils d'Imad Moughniyeh, ancien chef des opérations militaires du Hezbollah libanais mort dans l'explosion d'une voiture piégée à Damas en 2008. A la suite de ce raid, le Hezbollah et les gardiens de la révolution ont promis de se venger. Le communiqué revendiquant l'attaque de mercredi porte le titre de "déclaration n°1", laissant entendre que d'autres opérations sont à venir. L'agence de presse libanaise LNA a affirmé qu'un soldat israélien avait été capturé par les hommes du Hezbollah, ce qu'Israël a catégoriquement démenti. En représailles à cette opération, l'artillerie israélienne a tiré une vingtaine d'obus sur le sud du Liban, près du village de Ouazzani, a-t-on appris auprès des forces de sécurité libanaises. MISE EN GARDE DE NETANYAHU "Quiconque cherche à nous défier à la frontière nord doit avoir à l'esprit l'offensive de l'an dernier à Gaza", a averti le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, faisant référence à l'opération "Bordure protectrice" lancée l'été dernier par Tsahal contre l'enclave palestinienne. Plus de 2.000 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués. "L'Etat d'Israël est prêt à agir avec force sur tous les fronts, la sécurité passe avant tout", a poursuivi Benjamin Netanyahu qui se trouvait à Sderot, ville israélienne proche de la bande de Gaza. Selon une source militaire israélienne, un missile antichar tiré par le Hezbollah a touché un véhicule de Tsahal dans le secteur des fermes de Chebaa. Des tirs de mortier ont ensuite visé une position de l'armée israélienne sur le mont Hermon, dans le secteur du plateau du Golan occupé par Israël depuis 1967. Il n'y a eu aucun blessé. Une source politique libanaise a affirmé pour sa part que "la grosse opération" du Hezbollah avait fait des morts et des blessés dans les rangs israéliens. La chaîne de télévision du Hezbollah, al Manar, affirme que neuf véhicules ont été endommagés dans l'attaque. En tout début de matinée, l'armée israélienne avait annoncé que son aviation avait bombardé deux positions de l'armée syrienne en riposte à des tirs de roquettes la veille contre le plateau du Golan. Les postes militaires syriens visés se trouvent dans la province de Kouneïtra, qui jouxte le Liban, la Jordanie et Israël, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Nous ne tolérerons aucun tir en direction du territoire israélien, aucune violation de notre souveraineté et nous y répondrons avec force et détermination", a prévenu le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, dans un communiqué. (Avec Maayan Lubell et Ori Lewis à Jérusalem, Laila Bassam et Oliver Holmes à Beyrouth, Suleiman al Khalidi à Amman; Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le mercredi 28 jan 2015 à 19:50

    Je suis un convoi israélien, appelé Charlie, policier et juif.

  • raich2 le mercredi 28 jan 2015 à 16:21

    C'est vraiment courageux de lancer une offensive, puis venir se réfugier derrière des civils. Bien sur ces dommages collatéraux sont voulus pour senibiliser l'opinion public. Je pense que plus personne n'est dupe de ces agissements quand on constate avec quelle violence des djiadhistes et les états arabes de la région se comportent pour assurer une souveraineté dans un bain de sang qui plus est, entre "frères musulmans".