Le Haut commissaire aux droits de l'homme fustige le régime syrien

le
2
 (Actualisé avec détails, citations) 
    GENEVE, 13 septembre (Reuters) - Le Haut commissaire des 
Nations unies aux droits de l'homme, Zeïd Ra'ad al Hussein, a 
condamné mardi le régime syrien, dans le cadre d'un discours 
plus large dressant l'inventaire des atteintes à la personne 
humaine dans le monde entier.   
    "Il s'agit là d'un Etat dirigé par un médecin, qui pourtant 
a gazé son propre peuple, a attaqué des hôpitaux et bombardé des 
zones civiles avec des explosifs sans précision, et qui 
maintient des dizaines de milliers de personnes en détention 
dans des conditions inhumaines", a-t-il déclaré à l'Onu à 
Genève. 
    "Les mots ne peuvent exprimer à quel point je condamne cette 
situation", a ajouté le Haut commissaire. 
    Le diplomate a rappelé qu'outre la Syrie, la Biélorussie, 
l'Erythrée, la Corée du Nord et l'Iran refusaient obstinément de 
coopérer avec les organisations humanitaires. Cela est également 
le cas, a-t-il rappelé, d'Israël concernant l'accès aux 
territoires palestiniens occupés. 
    Il a également précisé que le Venezuela refusait depuis deux 
ans et demi l'octroi de visas aux membres de ses services, leur 
empêchant d'accéder au pays. 
    Se livrant à un tour d'horizon des situations humanitaires 
qui nécessitent des améliorations, le Haut commissaire qui 
s'était récemment livré à une critique des candidats populistes 
comme Donald Trump a pointé du doigt les extrémismes dans les 
démocraties. 
    "Plusieurs élections vont avoir lieu dans des démocraties 
bien installées avec de dangereux candidats xénophobes et 
sectaires", a-t-il dit, mettant en garde contre le risque que 
les résultats de ces scrutins menacent l'avenir des peuples.  
     
 
 
 (Tom Miles; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 6 mois

    Tous ces organismes sont vendus aux USA.

  • charleco il y a 6 mois

    Le Venezuela connait bien l'Amérique : Chavez a dû les affronter.