Le hard discount cherche à faire revenir les clients

le
0
Ouvertures contrôlées, produits extérieurs, introduction du bio... les hards discounters veulent se défaire d'une image « bas de gamme ».

Dans la morosité ambiante qui touche le hard discount, les inventeurs allemands du concept, Lidl et Aldi (respectivement premier et deuxième avec 4,9 et 2,3 % de part de marché en France), parviennent à maintenir le cap... Mais ils restent prudents: peu d'ouvertures, même dans les zones moins bien achalandées.

Cette résistance s'est faite au prix d'un traitement de choc, avec un repositionnement sensible de leur offre. Lidl a été le premier à enclencher le mouvement en 2007, en faisant entrer dans ses rayons des marques nationales, comme la bouteille de 1,5 litre de Coca-Cola ou le pot de Nutella. Une révolution alors que ces magasins avaient fait le choix d'une offre très réduite d'articles, à des marques exclusives, produits sur mesure pour chaque enseigne.

Conscient d'une image «bas de gamme» auprès de leu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant