Le Guardian dénonce les pressions du gouvernement

le
0
L'éditeur du quotidien britannique raconte comment les autorités ont forcé le Guardian à détruire des documents secrets transmis par Edward Snowden.

L'arrestation de David Miranda est l'événement de trop. Excédé, l'éditeur du Guardian, Alan Rusbridger, contre-attaque après l'interpellation, dimanche, du mari d'un de ses chroniqueurs. Ce dernier vit avec Glenn Greenwald, celui qui s'est procuré auprès d'Edward Snowden des milliers de documents secrets sur les programmes de surveillance de l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA). Dans une tribune publiée lundi soir, le patron de presse détaille les pressions exercées depuis plusieurs mois par les autorités britanniques.

.@arusbridger for @commentisfree: David Miranda, schedule 7 and the danger that all reporters now face http://t.co/UxMIAz8Wj8

-- The Guardian (@guardian) August 19, 2013 Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant