Le groupe Pinault avale les sablés «Michel et Augustin»

le
0
Le groupe Pinault avale les sablés «Michel et Augustin»
Le groupe Pinault avale les sablés «Michel et Augustin»

Vous avez forcément déjà croisé le regard de la vache «Michel et Augustin» dans un rayon de votre supermarché. La marque, créée par deux anciens de l'école supérieure de commerce de Paris (ESCP), produit des biscuits, yaourts à boire glacés et des desserts frais.

Artémis, holding de la famille Pinault, est monté au capital de celle-ci lundi, détenant désormais 70%. Un des deux fondateurs, Augustin Paluel-Marmont, a confirmé l'information révélée par le site d'actualité économique Wansquare. Artémis a fait de même, sans donner plus de détails.

Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont conservent les 30% restants

Artémis détenait déjà quelque 25% du capital de « Michel et Augustin». La holding familiale s'est emparé auprès des actionnaires minoritaires de 45% de capital en plus au printemps dernier et s'est engagée à investir 12 millions d'euros sur les cinq années à venir. Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont conservent les 30% restants. «La famille Pinault était la mieux placée pour comprendre la logique de marque, et il ne s'agit pas d'un investissement à court terme mais d'un partenaire de longue date», a assuré Augustin Paluel-Marmont.

Artémis ne possède pas d'autres participations dans l'agroalimentaire mais est déjà propriétaire de plusieurs vignobles dont le premier grand cru Château Latour, un des plus célèbres de la région de Pauillac. Elle détient aussi plus de 40% du groupe Kering (ex-PPR, propriétaire de Gucci, Puma..) et est propriétaire notamment de l'hebdomadaire Le Point et du Théâtre Marigny à Paris.

La marque Michel et Augustin s'internationalise.

Après huit ans d'existence et une belle progression, Michel et Augustin va pouvoir ouvrir «son chapitre II» et ambitionne de «multiplier son business par cinq en cinq ans», selon son cofondateur, afin de passer la barre des 100 millions d'euros de chiffre d'affaires.

La PME emploie à ce jour 55 personnes et a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant