Le groupe EI affirme avoir décapité l'otage japonais Kenji Goto

le
0
Le groupe EI affirme avoir décapité l'otage japonais Kenji Goto
Le groupe EI affirme avoir décapité l'otage japonais Kenji Goto

Le groupe jihadiste Etat islamique (Daech) a affirmé avoir exécuté l'otage japonais Kenji Goto, enlevé fin octobre en Syrie, selon une vidéo diffusée samedi sur Twitter par l'organe médiatique de groupes jihadistes Al-Furqan.

Le gouvernement japonais et le président français François Hollande ont «condamné avec la plus grande fermeté» le geste de l'EI, tandis que le premier ministre britannique David Cameron et le président américain Barack Obama ont qualifié cette exécution de «méprisable» et «odieuse». Les images montrent l'otage en tenue orange à genoux et debout à côté de lui un homme masqué tout vêtu de noir, avec un couteau à la main. La vidéo se termine par une image d'un corps avec une tête sur le dos. Selon le centre de surveillance des sites islamistes SITE, le bourreau à l'accent britannique est le même que celui présent sur les précédentes vidéos de décapitation d'otages occidentaux par l'EI et surnommé Jihadi John par la presse internationale.

Le bourreau affirme que cette exécution est en représailles à la «participation» du Japon à la lutte contre les jihadistes. Initialement, Daech avait formulé une demande de rançon de 200 millions de dollars (177 millions d'euros) pour libérer les deux otages japonais qu'elle détenait.  Après avoir revendiqué l'assassinat d'Haruna Yukawa, l'un des deux prisonniers le 24 janvier, le groupe EI avait formulé une nouvelle demande : la libération de Sajida al-Rishawi, une kamikaze irakienne impliquée dans une vague d'attentats suicides en 2005 à Amman revendiqués par la branche irakienne d'Al-Qaïda et détenue en Jordanie.

Les nouvelles exigences de l'EI, accompagnées d'un ultimatum très court de 24 heures et mises en ligne mardi sur les sites jihadistes, se présentaient sous la forme d'une photo de Kenji Goto tenant la photo de Maaz al-Kassasbeh, un pilote jordanien lui aussi capturé par l'EI. N'ayant pas obtenu gain de cause, Daech aurait donc ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant