Le Groupe de soutien à la Syrie se réunira le 17 mai à Vienne

le , mis à jour à 19:30
1
 (Actualisé avec nouvelle citation, contexte) 
    LONDRES, 10 mai (Reuters) - Les 17 Etats membres du Groupe 
international de soutien à la Syrie (GISS), qui parraine le 
processus de paix, se réuniront le 17 mai à Vienne, a annoncé 
mardi le secrétaire d'Etat américain John Kerry, s'adressant à 
la presse à Londres.  
    Les Etats-Unis set la Russie, qui coprésident ce groupe, 
s'étaient engagés la veille a faire le nécessaire pour prolonger 
la "cessation des hostilités" et à redoubler d'efforts pour 
parvenir à un règlement politique du conflit.   
    "Le GISS va se réunir formellement pour consolider ce que 
nous avons fait avec les Russes concernant cet accord et pour 
parler de sujets très divers, de la durée à la mise en oeuvre du 
processus politique", a déclaré John Kerry, précisant que les 
négociations menées à Genève reprendraient "quelques jours 
après".  
    La trêve partielle obtenue par Moscou et Washington fin 
février, qui a permis l'ouverture de ces discussions, est mise à 
mal par les violents affrontements qui font rage à Alep, 
première ville de Syrie avant le conflit.  
    Un "régime de calme", selon l'expression employée par les 
autorités syriennes, y est entré en vigueur en milieu de semaine 
dernière, mais des combats se sont malgré tout poursuivis. Cette 
accalmie a été prolongée de 48 heures à compter de mardi matin à 
01h00 locale (lundi soir 22h00 GMT), selon l'agence de presse 
syrienne Sana.   
    Basma Kodmani, membre du Haut Comité des négociations (HCN) 
mis sur pied par l'opposition syrienne, a assuré lundi que la 
délégation était prête à renouer le dialogue à condition que la 
trêve soit respectée. Le HCN s'est retiré des discussions fin 
avril.  
    John Kerry a par ailleurs estimé que l'approche de 
l'élection présidentielle américaine devait pousser les parties 
à chercher une solution au plus vite.  
    "Je pense qu'il s'agit en fait d'une incitation à faire en 
sorte que les choses soient réglées maintenant, sous une 
administration dont vous savez qu'elle oeuvre à une solution 
politique et qu'elle est prête à rassembler les parties autour 
du processus de reconstruction de la Syrie", a-t-il souligné.    
   
 
 (David Brunnstrom, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 7 mois

    "Groupe de soutien à la Syrie"? Comme ce serait drôle s'il ne fallait en pleurer ! Depuis cinq ans ils n'ont fait que la détruire !