Le Grenade-Levante de Johan Cruyff

le
0
Le Grenade-Levante de Johan Cruyff
Le Grenade-Levante de Johan Cruyff

Aujourd'hui sans passion, mais pas sans importance, la rencontre entre Grenade et Levante a connu un pic d'intérêt au début des années 80. Car, aussi improbable que réel, ce duel a été disputé par Johan Cruyff, éphémère Valencian, lors de la saison 1981.

Le maillot blaugrana, Johan Cruyff l'épouse un après-midi automnal de 1973. En ce 28 octobre, précisément, le nouveau numéro 14 du Barça découvre une pelouse qu'il n'a jamais foulée, celle du Camp Nou. Face aux nouveaux acolytes du Hollandais, se dresse un fanion sans prétention sauf celle, peut-être, de ne pas revenir à Grenade avec une valise de plus en soute. La raclée est pourtant bien au rendez-vous pour les Nazaries (4-0), et marque le début de la renaissance des Culés sur la scène nationale. Quelques exploits catalans plus tard, en 1981, ce même Johan Cruyff s'éprend d'une nouvelle liquette blaugrana. Jersey de Levante sur le dos, il s'étrenne, cette fois à l'extérieur, face à Grenade. A contrario de ses débuts barcelonais, les Andalous prennent le meilleur sur le nouveau joueur des Granotes. "Et pourtant, Johan venait tout juste de délivrer son meilleur match avec nous. C'était le seigneur du milieu de terrain, celui qu'on avait vu durant toute notre enfance à la télé", assure, avec le recul d'un retraité, Vicente Latorre, éphémère coéquipier du Flaco. Retour sur une rencontre, et par extension, une moitié de saison, où le monstre Cruyff cohabite avec le petit Levante.

Vicente Latorre : "On pensait à une blague"


Loin de la mégalopole barcelonaise et de son brouhaha permanent, Valence offre à Johan Cruyff une certaine quiétude. Surtout, la cité méditerranéenne offre un cadre de vie ensoleillé et, donc, enclin à convenir au si compliqué Hollandais. Pourtant, en Segunda Division, le Levante UD n'offre aucune garantie sportive à l'ancien triple Ballon d'Or et meilleur joueur autoproclamé de la planète. Qu'importe, puisqu'à la drague des dirigeants des Granotes, le Flaco répond par la positive, et la signature d'un contrat abracadabrant. Les joueurs valencians de l'époque, eux, doivent se piquer pour croire à ce transfert de mi-saison. "J'étais à l'entraînement avec la filiale et les dirigeants sont venus nous dire qu'il signait chez nous. Personne n'y croyait, on pensait à une blague. Ensuite, Pachin, notre coach, est arrivé vers nous avec un membre de la direction et nous a convoqués dans le vestiaire. Johan Cruyff nous y attendait", retrace Vicente Latorre, aujourd'hui président des vétérans de Levante. A l'incrédulité d'un tel transfert se succède…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant