Le grand malaise des ultra-riches

le , mis à jour à 06:16
0
Le grand malaise des ultra-riches
Le grand malaise des ultra-riches

Pierre's, c'est « the place to be » de Bridgehampton, une des cités balnéaires hyper-chic des Hamptons, à trois heures de route de New York. Le paradis estival des millionnaires et des milliardaires (une centaine rien qu'à New York !). Pierre Weber, le patron du restaurant, les connaît bien. « Je reçois des artistes, des avocats, des vedettes du sport, des financiers, des médecins. Ce sont des gens discrets qui ne sont pas dans le show off. La politique, ils en parlent aussi discrètement. »

 

Paul, la quarantaine, chirurgien à Manhattan, et Diana, un top-modèle reconverti dans la photographie, déjeunent léger en terrasse. Ils ont deux enfants et possèdent une résidence secondaire de plusieurs millions de dollars. Une de ces grandes « mansions » classiques, typiques de la Nouvelle-Angleterre, dissimulées derrière des haies de verdure et visibles seulement de la plage de sable privée. « Nous sommes à la fois inquiets et embarrassés. Ni Trump ni Clinton ne nous satisfont. Le premier n'a pas d'expérience et la seconde en a trop, chuchotent-ils en souriant. On ne leur fait pas confiance. Rien ne changera avec eux. On ne sait pas si on ira voter. Enfin, si on votait, on choisirait plutôt Hillary. »

 

Charles, broker dans une grande banque d'affaires, choisira l'ultralibéral Gary Johnson, du parti libertarien. « Le système marche sur la tête. Il y a de plus en plus de SDF au pied de gratte-ciel où un appartement peut atteindre 50 M$ ! De telles inégalités sont le fruit de la gestion des deux partis traditionnels. J'ai beau être du bon côté du manche, c'est insupportable et le système risque d'exploser. »

 

Les ultra-riches, ces fameux « 1 % » de la population à la tête de 90 % de la fortune du pays, ne voteront donc pas nécessairement républicain. A l'instar de Warren Buffet (3 e fortune mondiale) ou l'ancien maire de New York Michael Bloomberg. Pourtant, la pression fiscale déjà alourdie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant