Le grand Antonio

le
0
Le grand Antonio
Le grand Antonio

Il a déjà vingt-six piges, mais n'était surtout personne il y a quelques années. Sa vie ressemblait alors à celle de n'importe quel mec qui joue au foot pour le plaisir et qui taffe à côté pour oublier. Lui était maître nageur et s'appelle Michail Antonio. Sauf qu'aujourd'hui, il est en passe de connaître sa première sélection internationale avec l'Angleterre. Plongeon.

Ce jour-là, personne ne s'y attendait, sauf peut-être lui. Sa vie n'est aujourd'hui plus la même, mais certaines histoires vous reviennent toujours dans la gueule. C'est comme ça. La voix est fatiguée, les souvenirs fébriles, mais il parle toujours de son ancien gamin comme d'un "joueur différent". Billy Smith a maintenant soixante-treize ans, se bat avec les dernières mèches blanches qui font de la résistance sur son crâne, mais, au fond, il s'en fiche. Il parle de ce 28 août 2016 comme d'un nouveau jour particulier. Hier, il regardait Alan Pardew ou Ian Wright courir sous ses yeux après les avoir repérés.


Cette fois, l'histoire raconte la trajectoire d'un gamin que Billy a une nouvelle fois découvert dans un parc de Londres. Un gosse du quartier de Wandsworth qui cavale avec le maillot de son idole Ian Wright, justement. Il s'appelle Michail, est lui aussi d'origine jamaïcaine et sera rapidement ramené par Billy Smith au Tooting & Mitcham United F. C., son Imperial Fields et sa pelouse déchirée. C'était au début des années 2000 et Michail Antonio n'était alors qu'un gamin anonyme. Aujourd'hui, c'est un vent de fraîcheur, la seule surprise de la première liste internationale livrée par Sam Allardyce dimanche dernier en vue du déplacement en Slovaquie, pour le compte des éliminatoires à la Coupe du monde 2018 et surtout une petite bombe. Comme l'Angleterre aime en créer. Et comme Smith aime en préparer.

"La non-league m'a appris à jouer contre des hommes"


" Vous voyez comment il est aujourd'hui ? Je vous assure que le Michail que j'ai connu était le même, se rappelle Billy Smith. La seule différence, c'est qu'il était plus enrobé que musclé, mais il était déjà puissant, rapide et plutôt costaud dans les airs." Le fil s'étire pour dessiner la route de Michail Antonio.
« Michail était un gamin qui n'avait qu'une envie : s'en sortir par le foot et pas autrement. »Billy Smith
C'est la nouvelle belle histoire du foot anglais,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant