Le gouvernement yéménite renonce à expulser un membre de l'Onu

le
0
    NATIONS UNIES/LE CAIRE, 9 janvier (Reuters) - Le 
gouvernement yéménite est revenu sur sa décision d'expulser un 
représentant du Haut commissariat de l'Onu aux droits de l'homme 
en raison de "l'agitation" inutile provoquée par l'annonce de 
son expulsion. 
    Le ministère yéménite des Affaires étrangères avait déclaré 
jeudi que George Abou al Zoulof, représentant du Haut 
commissaire aux droits de l'homme, était persona non grata. 
    "En raison de l'agitation créée autour de cette question et 
entretenue par la presse, le gouvernement yéménite a décidé de 
se donner plus temps pour examiner sa relation avec le HCDH", 
précise une lettre de la mission yéménite à l'Onu. 
    "Dans le but d'une coopération accrue entre le gouvernement 
du Yémen et tous les organes et instances des Nations unies, le 
gouvernement a décidé de maintenir le statu quo" concernant le 
représentant onusien. 
    Un responsable yéménite précise sous le sceau de l'anonymat 
que ce renoncement fait suite à un appel du secrétaire général 
Ban Ki-moon au gouvernement yéménite. 
     
 
 (Louis Charbonneau à New York et Mohammed Ghobari au Caire; 
Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant