Le gouvernement veut multiplier les licences IV pour créer des emplois

le
27
Le gouvernement veut multiplier les licences IV pour créer des emplois
Le gouvernement veut multiplier les licences IV pour créer des emplois

Les licences IV vont-elles fleurir demain sur les façades des commerces ? D'après le quotidien Les Echos, le gouvernement envisage de supprimer la réglementation qui bride le nombre de débits de boissons en France.

Ce sésame qui donne le droit d'exploiter un bar et de servir des alcools forts n'est plus délivré par l'Etat. Pour s'installer, les commerçants doivent l'acheter à un autre exploitant ou, pour déménager, transférer la licence qu'ils possèdent déjà.

Selon Les Echos, une disposition noyée dans le projet de loi «croissance et pouvoir d'achat» sur les professions réglementées n'exclut pas de libérer le secteur. «La mesure permettrait au plan économique d'augmenter l'offre de débits de boissons, secteur intensif en termes d'emploi», est-il écrit dans l'ébauche du texte que s'est procuré le quotidien économique.

Il reste 35 000 débits de boissons

Cette initiative figure à la fin du projet concernant les conditions d'exercice et de réglementation des... professions de santé ! Pas si étonnant que cela. «La justification de ce régime restrictif repose principalement sur des considérations de santé publique», rappellent les rédacteurs du projet. Pour lutter contre l'ivresse publique, le nombre de débits de boisson ne doit pas excéder la limite d'un établissement pour 450 habitants.

Un frein qui a conduit à une réduction sévère du nombre de bars, cafés et bistrots au fil des décennies. «Le nombre de cafés est ainsi passé en France  de 200 000 en 1960 à 35 000 aujourd'hui, soit à peu près un par commune», notent-ils.

Seul léger détail à régler : les propriétaires qui ont déboursé plusieurs milliers d'euros pour acheter la licence IV dont la valeur varie d'une ville à l'autre, risquent de voir d'un mauvais ½il la démonétisation brutale de leur plaque.

10 000 à 60 000 ¤ le sésame

La profession «n'a jamais revendiqué une suppression de la réglementation» car le système ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mardi 16 sept 2014 à 17:22

    Et allez, hop ! Un amendement aubryste ! :D Vivent les pochetrons et les pochetronnes ! :D

  • frk987 le mardi 16 sept 2014 à 17:20

    Et puis vous savez que c'est le principal commerce de blanchiment d'argent, 2 clients par jour, on en déclare 200....on paye des impôts et le fric de la drogue devient légal. C'est ça la réalité des bistrots. mais doivent pas trop les fréquenter nos politicards, sinon ils n'auraient pas besoin de sondages pour savoir qu'ils sont nuls.

  • ccondem1 le mardi 16 sept 2014 à 11:56

    A propos de Coluche, j'aurais surtout aimé entendre Devos là-dessus ;-)

  • gyere le jeudi 11 sept 2014 à 13:29

    Ou alors c'est l'application au premier degré des souhaits de Coluche : " le pinard ça devrait être obligatoire..."

  • gyere le jeudi 11 sept 2014 à 13:26

    La traduction de ce projet, c'est comme si le gouvernement nous disait : saoulez vous pour oublier nos couenneries!!

  • M210608 le jeudi 11 sept 2014 à 11:07

    Exacte Charleco, vivement un nouveau Mai68...

  • charleco le jeudi 11 sept 2014 à 09:23

    Le gouvernement en vient à la politique d'"expédiants". C'est la misère, l'indigence politique. Préparez vos pelles, vos pioches, vos fourches, il va falloir descendre dans la rue.

  • abacchia le jeudi 11 sept 2014 à 07:56

    Et bien justement, plus de débits de boissons, plus de salariés (peut être), plus de taxes, et encore plus d'amendes et de points en moins (donc de stages payants) à venir pour conduite sous l'emprise d'un état alcoolique !

  • rougegre le jeudi 11 sept 2014 à 06:01

    Faut supprimer les contrôles d'alcolémie sur les routes sinon ou est l'intérêt lol ? ...

  • Bchemena le jeudi 11 sept 2014 à 00:17

    Apres Uber ... Ouboire ... MDR