Le gouvernement veut geler le prix du gaz

le
1
GDF Suez réclame 5% de plus dès ce mois de juillet. Le nouveau gouvernement, embarrassé, se prononcera «dans les jours qui viennent».

Le gouvernement passe aux dures réalités. Parmi elles, la question du prix du gaz. La nouvelle majorité socialiste se trouve dans une situation particulièrement inconfortable. Habituellement, au 1er juillet de chaque année, l'État annonce une évolution trimestrielle des prix réglementés du gaz. Cette fois-ci, le gouvernement se donne encore quelques jours pour trancher: «La décision sera rendue au niveau qui doit l'être dans les jours qui viennent», a précisé Pierre Moscovici, le ministre de l'Économie sur France 2, en réponse aux informations des Échos. Le quotidien économique indique dans son édition de lundi que l'exécutif «réfléchit sérieusement à publier un arrêté tarifaire qui annulerait la demande du géant de l'énergie» GDF Suez d'annoncer une hausse des prix du gaz de 5%.

Outre le désir indéniable de soigner sa popularité, le gouvernement hérite d'une situation délicate. En effet, il se pourrait qu'il doive annuler le gel des prix qu'avait prononcé le gouvernement Fillon pour le dernier trimestre de 2011. En effet, il y a quelques jours, le rapporteur public du Conseil d'État s'est prononcé en faveur du recours déposé par GDF Suez, qui juge illégal ce gel entre le 1er octobre et le 31 décembre 2011. Du coup, la facture de gaz pourrait grimper rétroactivement de 8,8% à 10%!

Pour rappel, en janvier dernier, la hausse s'est déjà élevée à 4,4% - GDF Suez en réclamait 10%. Puis en avril, en pleine campagne présidentielle, les tarifs du gaz ont été de nouveau gelés, au nom du pouvoir d'achat des Français. Or, selon la loi, les coûts d'approvisionnement et d'acheminement de GDF Suez doivent être intégralement répercutés dans les prix au consommateur, en suivant une nouvelle formule mise en place en ce début d'année. Ainsi un nouveau gel des prix du gaz expose-t-il le gouvernement Ayrault à une nouvelle attaque de GDF Suez en justice et à devoir annoncer une plus forte hausse au prochain trimestre. Mauvaise idée: il est plus facile de faire passer une hausse du prix du gaz avant l'été qu'à l'automne ou en hiver, quand les Français doivent se réchauffer.

En Bourse, l'action GDF Suez subit la perspective d'un possible gel des prix du gaz ce mois de juillet. Le titre, lanterne rouge du CAC 40, recule en effet 1,15% à 18,54 euros quand l'indice phare de la Bourse de Paris gagne plus d'1%. Un gel serait en effet une mauvaise nouvelle pour les comptes de l'entreprise. Les investisseurs avaient anticipé une hausse des prix dans leurs prévisions financières. L'État est actionnaire à hauteur de 36% de GDF Suez.

LIRE AUSSI:

» Cinq ans après, la concurrence dans l'énergie est un échec

» La facture de gaz pourrait augmenter rétroactivement

» Énergie-Info au secours des consommateurs désorientés

» Un rapport accuse GDF Suez de surestimer ses factures

» Changer de fournisseurs de gaz et d'électricité (Le Particulier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • visavis le mardi 3 juil 2012 à 09:44

    le pétrole passe de 125€ à 90€ et Suez demande 5 à 10% d'augmentation du gaz de qui se moque-t-on?