Le gouvernement veut accélérer sur les voitures électriques et hybrides

le
1
Un plan de soutien productif qui vise notamment à réduire la pollution atmosphérique
Un plan de soutien productif qui vise notamment à réduire la pollution atmosphérique
7 000 euros de bonus pour les véhicules propres. C'est l'une des conditions du plan de soutien à l'automobile française d'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, dévoilé ce matin en Conseil des ministres. Ce dispositif vise à mettre un terme au déclin de la production de voitures en France.

L'automobile est au centre des discussions en cette période de rigueur budgétaire. L'avenir de ce secteur est loin d'être assuré, mais cet important plan de soutien, d'aucuns diraient de sauvegarde, « s'inscrit avec une très, très grande détermination, dans le redressement de la filière automobile [?] Il faut faire face aux urgences, celles des plans sociaux », a déclaré Jean-Marc Ayrault dans la cour de l'Elysée.

« Le gouvernement (a) choisi l'offensive » avec un plan « extrêmement ambitieux », a ajouté le Premier Ministre, interrogé par nos confrères du Télégramme. Mais qui aurait dit qu'un redressement productif pouvait aider à lutter contre la pollution ?

Un plan de soutien productif en accord avec la lutte contre le réchauffement climatique

L'emploi dans l'industrie automobile a reculé de près de 30% en 10 ans et seulement 2 millions de véhicules seront produits en France cette année, contre 3,5 millions en 2005, selon les chiffres du gouvernement. S'ajoute à cette récession l'annonce d'importantes suppressions d'emplois au sein du groupe PSA.

Les constructeurs français demeurent cependant bien placés dans le secteur de l'automobile verte et l'Etat compte bien s'en servir. Désormais, le bonus maximum pour les véhicules propres sera en effet de 7 000 euros et les achats de l'Etat seront consacrés à hauteur de 25% à l'électrique et à l'hybride. 600 millions de financements vont être débloqués à cette fin.

D'une façon générale, l'Etat souhaite accélérer les évolutions industrielles induites par l'exigence écologique et porteuses de créations d'emplois. En plus de se spécialiser dans un secteur attractif, l'automobile française aura par ailleurs vocation à renforcer la qualité de l'air. La pollution atmosphérique devrait ainsi largement diminuer dans les années à venir. A ce niveau-là au moins, on respire?
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6920174 le jeudi 26 juil 2012 à 08:20

    il faut acheter japonais !