Le gouvernement Valls vole en éclats après la charge de Montebourg

le
5
Le gouvernement Valls vole en éclats après la charge de Montebourg
Le gouvernement Valls vole en éclats après la charge de Montebourg

De coups de théâtre en coups d'éclat. Cette fois, les coups de boutoir d'Arnaud Montebourg ont provoqué une réelle crise gouvernementale. Franc-tireur et fort en gueule, le turbulent ministre avait déjà créé des remous. Ce qui se joue ce lundi va bien au-delà. Le Premier ministre a répondu à sa charge contre la politique économique menée par l'exécutif en présentant au président la démission de l'ensemble du gouvernement, alors que l'hypothèse d'un simple recadrage était jusqu'alors privilégiée. Le ministre de l'Economie a répliqué en reprenant sa «liberté». La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a fait de même. 

Une nouvelle équipe doit être constituée d'ici mardi. Une «équipe en cohérence avec les orientations» que François Hollande «a lui-même définies pour notre pays», a tenu à préciser l'Elysée dans un bref communiqué. 

Ce n'est pas la première fois qu'Arnaud Montebourg fait part de ses positions anti-austérité. Mais à l'heure où tous les voyants économiques sont au rouge et où la majorité se divise, demander un changement de cap depuis Bercy était particulièrement osé. Le ministre de l'Education, Benoît Hamon, qui était des festivités bourguignonnes, a embrayé en assurant dans nos colonnes ne pas être «loin des frondeurs»...

Montebourg «reprend (sa) liberté»

Le sang de Manuel Valls, qui avait il y a peu -et comme François Hollande- réaffirmé le cap choisi par l'exécutif, n'a fait qu'un tour. «Une ligne jaune» a été franchie, prévenait son entourage dès dimanche soir. Selon les informations du «Parisien» - «Aujourd'hui en France», le Premier ministre a ensuite passé à François Hollande le message suivant : «C'est lui ou moi !» On sait désormais quelle fut la réponse présidentielle.

Ce lundi matin encore, Arnaud Montebourg disait «ignorer» quel serait son sort, tout en ne se «plaçant pas dans l'hypothèse» d'un départ du gouvernement. «Il ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le lundi 25 aout 2014 à 19:18

    evidemment segolène va rester déjà elle est rentrée dans le gouvernement parce qu"elle n"avait plus de mandat ; juste pour toucher le pécule aux frais des français !!! GA.RCE !!!

  • imozen le lundi 25 aout 2014 à 18:41

    le gouvernement ne vole pas en éclats : on vire les fous qui tout en étant ministres crachent sur leur propre gouvernement. Logique et légitime.

  • M5062559 le lundi 25 aout 2014 à 18:04

    renard. Vous avez raison depuis deux ans on aurait évité les nombreuses lois destructrices d'emploiS et de richesses

  • M8252219 le lundi 25 aout 2014 à 14:36

    Être ou ne pas être responsable de la France ce n'est pas d'appliquer ses propres idées, c'est faire en sorte que la France aille mieux:L'EXEMPLE DOIT VENIR D'EN HAUT.réduction de moitié du nombre des députés,plafonnement de toutes leurs rémunérations et avantages et retraites à 5 fois le SMIG. Suppression du sénat.Suppression de tous les régimes et statuts spéciaux.retour aux 40h hebdomadaire pour TOUS;la retraite à 65 ans pour TOUS; 3 js de délai de carence en arrêt maladie pour TOUS

  • renard le lundi 25 aout 2014 à 13:38

    Moi, je viens d'apprendre qu'il y avait un gouvernement à la tête de la France ? On devrait s'en passer comme en Belgique, cela ne change rien à l'économie, et en plus on ferait des ... économies.