Le gouvernement turc pourra intervenir en Irak et Syrie

le
0

(Actualisé avec précisions, contexte) ANKARA, 2 octobre (Reuters) - Le parlement turc a approuvé jeudi un dispositif permettant au gouvernement d'intervenir militairement en Irak et en Syrie pour lutter contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Le texte, approuvé par les trois quarts des députés, autorise aussi le stationnement de troupes étrangères en Turquie qui pourront utiliser ses bases militaires pour le même motif. Le gouvernement turc avait laissé entendre qu'il pourrait rejoindre la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis pour lutter contre l'EI, alors que les combattants de l'EI se rapprochent de la frontière turque. Ils sont depuis quelques jours aux portes de Kobani, ville kurde de Syrie toute proche de la frontière. ID:nL6N0RX311 Le président turc Recep Tayyip Erdogan a toutefois souligné que les frappes aériennes ne seront à son avis pas suffisantes pour supprimer la menace djihadiste. Il a clairement dit qu'il souhaitait aussi la destitution du président syrien Bachar al Assad, ce qui ne fait pas partie des objectifs militaires de la coalition. ID:nL6N0RW39I En agissant en Syrie et en Irak, Ankara craint de renforcer le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), avec qui le pouvoir turc a entamé un processus de paix difficile après près de 30 ans de combats. Les combattants kurdes des Unités de protection populaire (YPG), branche armée du Parti de l'union démocratique (PYD), un parti politique kurde syrien affilié au PKK, combattent l'EI dans le nord de la Syrie. Le PKK est toujours considéré comme un groupe terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne. (Orhan Coskun et Tulay Karadeniz; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant