Le gouvernement tunisien tente d'assurer sa survie

le
0
Un mandat d'arrêt international a été lancé contre l'ex-président Ben Ali et son épouse et Interpol a émis une alerte mondiale pour localiser et arrêter le couple et ses proches

Rassurer, communiquer, désamorcer la crise… Alors que mercredi l'annonce de la composition du nouveau gouvernement se faisait toujours attendre, le cabinet provisoire tunisien redoublait d'efforts pour tenter de regagner la confiance de la rue. Geste symbolique, un mandat d'arrêt international a ainsi été lancé contre l'ancien président Ben Ali et son épouse, Leïla Trabelsi. Balayant la crainte populaire de voir l'ex-dictateur impuni, le ministre de la Justice a fait savoir que le couple était poursuivi pour «acquisition illégale de biens mobiliers et immobiliers» et «transferts illicites de devises à l'étranger». Six membres de la garde présidentielle, dont le redoutable ancien chef de la sécurité présidentielle, le général Ali Seriati, sont également poursuivis pour exaction contre la population et les forces de sécurité.

La veille au soir, le gouvernement - fragilisé dès sa création, le 17 janvier, par la défection de plusieurs ministres - avait dé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant