Le gouvernement tunisien se décompose

le
0
Trois ministres ont donné leur démission. Les Tunisiens oscillent entre colère, désarroi et crainte du chaos.?

De notre envoyée spéciale à Tunis

«On peut vivre avec seulement du pain et de l'eau, mais pas avec le RCD!» La voix cassée d'avoir trop crié, Saber Yousif Handi est à cran. Autour de lui, dans cette artère adjacente au ministère de l'Intérieur, en plein centre de Tunis encore quadrillé par l'armée, la foule est compacte, nerveuse, inquiète. Après une nuit relativement calme, le jeune chômeur tunisien de 27 ans a repris mardi matin, comme des milliers d'autres manifestants dans la capitale, le chemin de la rue.

Au fil de la journée, la colère a vite déteint en province, notamment à Sousse, Sfax et Sidi Bouzid où les contestataires ont été dispersés par les forces de l'ordre, à coup de matraque et de tirs de gaz lacrymogène. Cette fois-ci, c'est la composition du tout nouveau gouvernement de transition qui a créé la discorde.

Annoncé la veille, juste avant le couvre-feu, le cabinet temporaire maintient à des postes clefs (Intérieur, Défense, Affaires étrangü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant