Le gouvernement tunisien lâche du lest

le
0
Un projet d'amnistie, qui bénéficiera notamment aux islamistes, a été adopté jeudi lors du premier Conseil des ministres.

De notre envoyée spéciale à Tunis

«RCD, dégage!», «Le peuple veut la démission du gouvernement!» Les slogans, répétés en boucle, ne faiblissent pas. Rassemblés, jeudi matin, aux alentours du siège de l'ex-parti au pouvoir, ils étaient encore quelques centaines, en fin de journée, à camper sur leurs positions, en défilant devant le ministère de l'Intérieur, en centre-ville, pour réclamer un nouveau départ pour leur pays. Devant le Palais de justice, en plein cœur de la Casbah de Tunis, une centaine de juristes ont également manifesté pour demander «l'indépendance de la justice» et le départ d'un magistrat soupçonné d'avoir servi les intérêts du président déchu et de sa famille.

Dans l'après-midi, le RCD (Rassemblement Constitutionnel Démocratique) avait pourtant annoncé quelques concessions. Pour tenter de désamorcer la crise, tous les ministres du gouvernement membres du parti de l'ex-président Ben Ali ont d'abord fait part de leur démission du RC

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant