Le gouvernement tente d'apaiser les médecins

le
0
LE GOUVERNEMENT TENTE D'APAISER LES MÉDECINS
LE GOUVERNEMENT TENTE D'APAISER LES MÉDECINS

PARIS (Reuters) - La ministre de la Santé, Marisol Touraine, s'est déclarée jeudi en faveur d'une évolution du tarif des consultations, bloqué à 23 euros depuis plusieurs années pour les médecins généralistes, à quelques heures d'une conférence boycottée par la plupart des syndicats de médecins libéraux.

Le Premier ministre, Manuel Valls, doit annoncer une série de mesures, en particulier sur la formation des médecins et des professionnels paramédicaux, à l'issue de cette conférence.

Selon Marisol Touraine, le gouvernement entend notamment moduler le "numerus clausus" qui limite le nombre d'étudiants en médecine en fonction de la pénurie de médecins dans les différentes régions françaises.

"Le numerus clausus (...) aujourd'hui ça n'a plus beaucoup de sens", a-t-elle expliqué sur France 2. "Nous devons tenir compte de la réalité locale et, dans les régions où on a moins de médecins, il faut qu'on en forme davantage tout en les accompagnant et en les incitant à rester sur place."

Sans attendre le discours de Manuel Valls, Marisol Touraine s'est efforcée dans une interview accordée aux Echos de tendre la main à des médecins libéraux vent debout contre sa loi sur la réforme du système de santé votée le 17 décembre 2015, et plus particulièrement contre la généralisation du tiers-payant.

"Je suis favorable à une évolution de la rémunération. Mais cela relève de la négociation entre l'assurance-maladie et les médecins", déclare-t-elle au journal économique.

La convention issue de la négociation "débouchera bien sur une revalorisation de la rémunération des médecins", a-t-elle précisé sur France 2. "La question c'est : sous quelle forme ?"

CONGÉ MATERNITÉ

Marisol Touraine rappelle que les généralistes touchent déjà en moyenne 8,5 euros de la Sécurité sociale par consultation en plus des 23 euros lorsqu'ils contribuent à des objectifs de santé publique comme la vaccination ou le dépistage du diabète.

"Nous devons discuter de tout cela : quelle augmentation, sous quelle forme, à quelle échéance."

La ministre a annoncé par ailleurs l'amélioration des dispositifs pour les femmes médecins mère de famille.

"Le Premier ministre va pouvoir annoncer que nous mettons en place un congé maternité rémunéré pour les femmes médecins libérales qui sont en secteur 1, qui pratiquent les tarifs de la Sécurité sociale", a-t-elle expliqué sur France 2.

"Ces femmes pourront avoir des indemnités journalières qui représenteront jusqu'à 3.100 euros par mois pendant trois mois", a ajouté Marisol Touraine, qui estime à environ 15.000 le nombre de femmes potentiellement concernées.

Dans son discours d'ouverture de la "Grande conférence de la santé", elle a déclaré que celle-ci avait pour but de répondre aux attentes des professionnels de la Santé.

Son entourage fait valoir que les mesures annoncées par Manuel Valls sont le fruit de mois de concertation, notamment avec les syndicats de médecins et des professions paramédicales.

Le président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon, n'en a pas moins dénoncé une "mascarade médiatique" et confirmé le boycottage de la conférence par son syndicat.

"La réforme de santé qui est nécessaire, (la ministre) ne l'a pas entamée", a-t-il dit sur France Inter avant d'accuser Marisol Touraine d'être restée "sourde" aux propositions des praticiens.

(Emmanuel Jarry, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant