Le gouvernement syrien prié de coopérer aux missions humanitaires

le
1
 (Avec aide livrée dans quatre villes, commentaires de Jan 
Egeland) 
    GENEVE, 17 mars (Reuters) - Des convois d'aide ont rallié 
jeudi quatre villes de Syrie, mais le gouvernement continue à 
refuser l'accès à six villes assiégées et s'oppose à la 
livraison de matériel médical, a annoncé jeudi Jan Egeland, qui 
préside le groupe de travail humanitaire des Nations unies sur 
la Syrie. 
    Ces convois dont le départ a été repoussé de deux jours en 
raison de combats ont été dépêchés à Zabadani, Foua, Koufreya et 
Madaya, a précisé Jan Egeland après avoir présidé une réunion à 
Genève de pays impliqués dans le processus de paix en Syrie.   
    Selon le diplomate norvégien, Damas doit répondre dans un 
délai de sept jours à une requête lui demandant d'autoriser 
l'accès des convois à six secteurs toujours assiégés par les 
forces gouvernementales, dans le but de venir en aide d'ici la 
fin avril à 1,1 million de personnes et de vacciner les enfants. 
    "Nous avons vraiment besoin que le gouvernement syrien nous 
aide dans le domaine médical. Pourquoi ne peut-on pas envoyer 
des vitamines et des antibiotiques, des médecins et des 
infirmières dans ces secteurs ? J'espère que nous allons avancer 
là-dessus dans nos discussions avec le gouvernement", a déclaré 
Jan Egeland. 
    "Il s'agit d'une violation du droit international (...) Je 
ne comprends pas pourquoi on ne peut pas y aller. Même les 
combattants blessés ont droit à des soins, en vertu du droit 
international", a-t-il souligné.  
    Les Nations unies veulent également tenter de nouveau de 
larguer des vivres sur Daïr az Zour, ville de l'Est syrien 
assiégée par le groupe Etat islamique, après l'échec d'une 
première tentative le mois dernier.         
 
 (Tom Miles, Jean-Philippe Lefief et Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 10 mois

    La Syrie ne veut pas que les livraisons tombent aux mains des islamistes, tout simplement. Ils confisquent et revendent au prix fort! Cela les médias ne le disent pas, il est tellement plus simple de taper sur le dos de Bachar.