Le gouvernement syrien prêt à des échanges de prisonniers

le
0
 (Actualisé avec commentaires de la rébellion § 4-5-6) 
    BEYROUTH, 13 février (Reuters) - Le gouvernement syrien a 
indiqué lundi qu'il était prêt à accepter des échanges de 
prisonniers avec les groupes rebelles, un gage de bonne volonté 
qui pourrait aider les deux camps dans la préparation des 
négociations de paix. 
    La presse officielle syrienne a précisé que le régime de 
Damas était "toujours prêt" à un échange de prisonniers détenus 
dans ses prisons contre des personnes "enlevées par des groupes 
terroristes". 
    Les opposants syriens ont, à de nombreuses reprises, demandé 
la libération des prisonniers comme une mesure humanitaire 
préalable aux pourparlers de paix. 
    Selon un responsable rebelle joint par Reuters, l'échange de 
prisonniers a été évoqué lors des discussions indirectes avec 
les représentants du régime de Bachar al Assad lors de la 
conférence organisées les 23 et 24 janvier dernier à Astana, la 
capitale du Kazakhstan, sous l'égide de la Russie, de la Turquie 
et de l'Iran. 
    Mais un deuxième représentant de la rébellion syrienne a 
rejeté l'annonce des autorités syriennes, dénonçant une "ruse". 
Il a ajouté que les prisonniers détenus par Damas étaient bien 
plus nombreux que les quelques captifs aux mains des rebelles. 
    "C'est un jeu politique", a-t-il dit, estimant que Damas 
essaie de se donner une image d'ouverture à l'approche de 
nouveaux rendez-vous diplomatiques. 
    Le ministère kazakh des Affaires étrangères a indiqué samedi 
que le gouvernement syrien et les délégations de l'opposition 
étaient invités à des réunions consacrées au conflit et prévues 
à Astana mercredi et jeudi. 
    En parallèle, le processus de négociation sous l'égide de 
l'Onu doit reprendre le 20 février à Genève. Le Haut Comité pour 
les négociations (HCN), principale instance de l'opposition, a 
désigné sa délégation pour les discussions dimanche. 
    Des échanges de femmes prisonnières et d'otages, 
principalement des enfants, ont eu lieu récemment entre 
gouvernement et rebelles dans la province d'Hama dans le 
nord-ouest du pays.     
 
 (Tom Perry; Pierre Sérisier et Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant