Le gouvernement soutient l'offre égyptienne pour Petroplus

le
2
LE GOUVERNEMENT SOUTIENT L'OFFRE ÉGYPTIENNE POUR PETROPLUS
LE GOUVERNEMENT SOUTIENT L'OFFRE ÉGYPTIENNE POUR PETROPLUS

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a décidé de soutenir l'offre égyptienne pour la reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime), a déclaré jeudi le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Il a précisé sur la chaîne LCP Public Sénat que la société égyptienne Arabiyya Lel Istithmaraat était l'opérateur du barrage d'Assouan et qu'elle distribuait les véhicules du constructeur PSA en Egypte.

"Le gouvernement a décidé de s'engager derrière une offre - il y en a eu une deuxième intéressante (d'une société suisse-NDLR) - de manière à obtenir la reprise de cette raffinerie. C'est une stratégie industrielle", a expliqué Arnaud Montebourg.

"Nous avons eu la chance d'accueillir une offre un peu surprise, qui pour nous est de bonne qualité, qui est l'offre d'un groupe égyptien ayant pignon sur rue", a-t-il ajouté.

Les administrateurs provisoires avaient douché les espoirs des 470 salariés mercredi en déclarant que les cinq offres présentées n'étaient à ce stade que des manifestations d'intérêt. Les candidats à la reprise du site ont désormais jusqu'au 16 avril, date de l'arrêt d'activité de la raffinerie, pour déposer des offres complètes.

Parallèlement, une procédure de consultation en vue d'un "plan de sauvegarde de l'emploi" (PSE), un plan social, a été ouverte pour le site, à l'arrêt depuis un an après le dépôt de bilan de sa maison-mère, la société suisse Petroplus.

Arnaud Montebourg s'était dit mercredi "confiant", maintenant le terme "offres", malgré les doutes. Outre la société égyptienne, il évoquait la société suisse Terrae.

CONSULTATIONS AVEC LE REPRENEUR ÉGYPTIEN

Jeudi, il a estimé que ce n'était pas "à un administrateur judiciaire, encore moins à la direction d'une usine qui est sous liquidation, de dire ce qui est recevable ou pas".

"Le tribunal lui seul en jugera", a-t-il dit en référence au tribunal de commerce de Rouen.

Le président d'Arabiyya Lel Istithmaraat devait arriver jeudi à Paris, où il aura à partir de vendredi des entretiens avec les protagonistes du dossier, a dit Michel Billard de la Motte, qui se présente comme son représentant en France.

"Il vient pour travailler avec toutes les personnalités impliquées dans ce dossier", a-t-il dit à Reuters. "Nous avons demandé une participation de l'Etat et nous aurons une première réunion avec le Fonds (stratégique) d'investissement vendredi."

L'ambition du repreneur est "de rénover, d'avoir accès à un marché important en Europe et à l'exportation, d'avoir accès à des moyens nouveaux en dehors du marché méditerranéen", a-t-il ajouté.

De source proche du dossier, on souligne que le groupe égyptien n'a pas encore une connaissance approfondie de la situation et que son président devrait rencontrer Arnaud Montebourg.

Au Caire, la société a dit que le projet était pour l'instant à l'étude.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a assuré que François Hollande était "très vigilant, très attentif sur cette question".

"L'Etat, le gouvernement n'a pas ménagé sa peine pour faire naître, susciter, encourager, des offres qui puissent être crédibles", a-t-il dit sur France inter.

"Cinq offres ont été déposées, dont deux (...) peuvent être sérieuses", a-t-il ajouté.

Il a confirmé que si l'une de ces offres se concrétisait, le gouvernement était "prêt à faire en sorte que l'Etat prenne (...) une participation minoritaire".

Gérard Bon et Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le jeudi 7 fév 2013 à 19:48

    Et leurs k.onneries continuent. Elles ne s'arretent jamais, c'est pas croyable

  • jbellet le jeudi 7 fév 2013 à 19:08

    la France va faire un chèque alors qu'elle est en faillite dixit le premier ministre. Mr hollande demandera aux français de payer la note a moins qu'il ne choisisse une nouvelle fois de faire payer nos communes qui seront dans l’obligation d'augmenter les impôts pour pouvoir continuer d'investir!!