Le gouvernement sonné par le plan social de PSA

le
2
Le constructeur annonce un plan terrible qu'Arnaud Montebourg, démuni, n'accepte pas.

Bien qu'attendue, l'annonce jeudi par PSA de son projet de supprimer 8000 postes en France et de stopper la production de l'usine d'Aulnay a tétanisé le gouvernement et le président de la République. Ce dernier a fait part de «sa vive préoccupation» après l'annonce, qualifiée de «véritable choc» par le premier ministre. François Hollande a demandé à Jean-Marc Ayrault «de tout mettre en œuvre afin de limiter les conséquences sociales de ce plan».

«Nous n'acceptons pas en l'état le plan» du constructeur automobile, avait réagi plus tôt Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. «Depuis 2010, on a délibérément mis sous le tapis ou masqué la réalité d'une entreprise qui perdait de l'argent, qui a fait des mauvais choix stratégiques», a renchéri Benoît Hamon, ministre de l'Économie sociale et solidaire, feignant d'ignorer que PSA était cotée en Bourse et publiait chaque semestre des comptes audités.

Véritable secousse politique, économi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 13 juil 2012 à 08:27

    Benoît Hamon, ministre de l'Économie sociale et solidaire, feignant d'ignorer que PSA était cotée en Bourse et publiait chaque semestre des comptes audités ?...TOUT le monde était au courant...les SOCIOs AUSSI (comme Félicie) et là, ça devrait ouvrir les yeux dur leur duplicité et MENSONGES...Vs les avez voulu ...Vs l'avez dans le "K-ul" !!!...

  • dhote le jeudi 12 juil 2012 à 22:01

    Les socialistes vont nous montrer leurs qualités en période de crise, ils ont un atout énorme ;les syndicats sont a leurs bottes. Imaginons ce qui se serait passé si ce plan de licenciement avait été officialisé pendant la campagne des législatives ? C'est le FDG qui aurait la majorité, nous avons évité le pire et les socialistes le savent bien.