Le gouvernement scrute le 4ème projet de reprise de Kem One

le
0
Le ministère du redressement productif tente de finaliser les négociations avec les fournisseurs du chimiste.

Après les fonds américains Sun Capital Partners et Open Gate Capital et le syndicat CGT, un industriel est entré dans la danse pour tenter de sauver le groupe de chimie en difficulté Kem One.

Comme les trois autres offres, le projet de l'industriel franco-autrichien Alain de Krassny serait de reprendre la totalité de l'ancien pôle vinylique d'Arkema, cédé au financier Gary Klesch en juillet 2012 et partiellement placé en redressement judiciaire en mars 2013. Il s'agit des activités dites «amont» de fabrication de PVC, qui sont en difficulté et emploient 1300 salariés, et des activités «aval» de transformation en produits PVC (fenêtres, tubes...). Celles-ci sont en meilleure forme, même si leurs résultats sont plutôt en recul et si le propriétaire actuel, Gary Klesch, s'est engagé à les céder pour un euro symbolique au repreneur des activités ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant