Le gouvernement russe adopte un budget 2015-2017 serré

le
0

(actualisé avec Medvedev et précisions) MOSCOU, 18 septembre (Reuters) - Le gouvernement russe a adopté jeudi un projet de budget 2015-17 serré, reposant sur un strict contrôle des dépenses alors que les sanctions économiques imposées par les pays occidentaux amplifient le ralentissement de la croissance. Le projet de budget autorise l'Etat, pour la première fois depuis la crise économique de 2008, à piocher dans les réserves et anticipe un arrêt de la hausse des salaires réels, des difficultés pour dompter l'inflation et une baisse du rouble. Il repose également sur des prévisions optimistes concernant les cours du pétrole en un moment où les capacités d'emprunt pour couvrir tout dérapage budgétaire seront fortement limitées en raison des sanctions européennes imposées en réponse au rôle de Moscou dans la crise ukrainienne. Le Premier ministre Dmitri Medvedev a déclaré, lors d'une réunion du gouvernement consacrée au budget, que la Russie maintiendrait sa dette à un faible niveau, garantirait la stabilité macroéconomique et tiendrait ses promesses en matière de dépenses sociales malgré le fardeau que font peser les sanctions occidentales sur le budget. "C'est la première fois que nous travaillons sur le budget de l'Etat, le budget triennal, dans des circonstances aussi difficiles, avec un ralentissement économique exacerbé par la mise en oeuvre de sanctions ciblant des secteurs de l'économie et à un moment où nous devions déjà ajuster un budget serré", a déclaré Dmitri Medvedev. "Notre principal problème aujourd'hui est le haut niveau d'incertitude entourant le retour de la confiance, la reprise de l'investissement, la croissance de la consommation et les actions qu'entreprendront nos partenaires", a-t-il ajouté. Son ministre des Finances a déclaré à la presse que le déficit budgétaire atteindrait au total environ 0,6% du produit intérieur brut (PIB) sur les trois ans. Anton Silouanov a précisé que le gouvernement avait renoncé à relever, à partir de 2015, la taxe sur la valeur ajoutée pour augmenter les recettes fiscales et que le projet prévoyait la création d'un fonds de réserve 'anti-crise' doté de 190 milliards de roubles (3,9 milliards d'euros) pour l'année prochaine. (Lidia Kelly, Véronique Tison et Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux