Le gouvernement renouvelle son soutien à Jérôme Cahuzac

le
2
LE GOUVERNEMENT RENOUVELLE SON SOUTIEN À JÉRÔME CAHUZAC
LE GOUVERNEMENT RENOUVELLE SON SOUTIEN À JÉRÔME CAHUZAC

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a renouvelé mercredi son soutien à Jérôme Cahuzac après l'ouverture d'une enquête visant à déterminer si le ministre du Budget a détenu un compte en Suisse afin de dissimuler des revenus au fisc.

François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont officieusement soutenu mardi leur ministre à travers leurs entourages respectifs mais ce sont ses collègues qui se sont exprimés mercredi.

Son ministre de tutelle, Pierre Moscovici, a ainsi déclaré au micro d'Europe 1 que Jérôme Cahuzac passerait bien l'année 2013 à Bercy.

"Je dirai aux agents du ministère des Finances que nous avons fait 2012 ensemble et que nous ferons 2013 ensemble", a dit le ministre de l'Economie et des Finances sur Europe 1.

Pierre Moscovici a ajouté qu'il travaillait "dans les meilleures conditions" avec Jérôme Cahuzac, que l'enquête "est un élément qui lui permettra de démontrer son innocence", et qu'il avait confiance en sa parole.

"C'est un excellent ministre, allons !", a pour sa part lancé aux journalistes à la sortie du conseil des ministres, sa collègue à Bercy, la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq.

La porte-parole du gouvernement a quant à elle nié toute comparaison avec le cas Eric Woerth, l'ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy, qui a démissionné de son poste en 2010 après l'intense feuilleton médiatique de l'affaire Bettencourt.

"S'agissant de M. Woerth, ce qui lui était concrètement reproché c'était de cumuler sa casquette de trésorier du parti auquel il appartenait et de ministre du Budget, donc les faits étaient d'évidence établis", a dit durant le compte rendu du conseil des ministres Najat-Vallaud Belkacem.

"Le conflit d'intérêt provoqué par cette double casquette était une évidence, c'est cela à l'époque que le Parti socialiste dénonçait", a-t-elle poursuivi, notant que dans le cas de Jérôme Cahuzac, les faits qui lui sont reprochés ne sont aucunement établis.

Le site d'information Mediapart accuse Jérôme Cahuzac d'avoir eu un compte chez UBS et de l'avoir fermé en 2010 pour transférer ses actifs à Singapour.

L'enquête préliminaire décidée par le parquet ne constitue pas une poursuite mais vise à déterminer si les éléments portés à la connaissance de la justice sont suffisants pour déclencher une information judiciaire ou provoquer un procès directement.

Jean-Baptiste Vey et Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mercredi 9 jan 2013 à 17:20

    Bravo ANOSRA il y a des faits qu'il faut rappeler car si on les faire il aura la légion d'honneur avant la fin de l'année...

  • ANOSRA le mercredi 9 jan 2013 à 15:20

    NVK devrait lire ceci:Déjà, en 1989, l'empereur castrais du médicament, Pierre Fabre, n'avait pas eu à se plaindre de l'action de J.C.. Épinglé par la cour des comptes, son Mexapa bénéficia grâce à J. C. (sur consigne du ministre Claude Évin) d'un traitement maison. Soit un prix de vente trois fois supérieur à ses concurrents ! À l'époque, « Le Canard enchaîné » avait évoqué la promesse de Fabre d'implanter une usine dans la circonscription… de Claude Évin. Ces faits sont parfaitement établis!