Le gouvernement rejette l'ultimatum breton sur l'écotaxe

le
30
LE GOUVERNEMENT REJETTE L'ULTIMATUM DES "BONNETS ROUGES" SUR L'ÉCOTAXE
LE GOUVERNEMENT REJETTE L'ULTIMATUM DES "BONNETS ROUGES" SUR L'ÉCOTAXE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a rejeté mercredi l'ultimatum lancé par les "bonnets rouges" pour la suppression de l'écotaxe et dit compter sur le dialogue pour sortir la Bretagne de la crise, avec comme objectif la signature d'un accord sur le "pacte d'avenir" avant fin novembre.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui s'exprimait lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, a dénoncé des "ultimatums qui n'ont pas lieu d'être" et des violences émanant d'une "minorité" et de "groupes extrémistes".

Il a défendu la nécessité d'un dialogue entre tous les acteurs et exprimé sa volonté d'"aller vite" pour la mise en oeuvre du plan présenté à la mi-octobre.

"Ce que je veux, c'est que d'ici la fin du mois de novembre nous soyons en mesure de signer le pacte d'avenir et le plan d'avenir de l'agroalimentaire. Je souhaite que toutes les forces s'y mettent et si c'est le cas, j'irai personnellement signer ce contrat", a-t-il ajouté.

Le maire divers gauche de Carhaix (Finistère), Christian Troadec, l'un des chefs de file du collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne", avait exigé "une annonce officielle de la suppression de l'écotaxe pour la Bretagne" avant mercredi midi (11h00 GMT) sous peine de mener de nouvelles actions.

L'élu a reconnu ensuite que l'ultimatum n'était "peut-être pas la bonne méthode".

Cet ultimatum a été lancé alors que le conseil des ministres examinait le pacte d'avenir pour la Bretagne, un plan d'aide de 15 millions d'euros pour la filière agroalimentaire locale, en grande difficulté.

Le préfet de Bretagne devait réunir mercredi après-midi à Rennes les élus, les partenaires sociaux et le collectif des acteurs économiques pour discuter de sa mise en oeuvre.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, est attendu de son côté vendredi sur place.

"VIOLENCES INADMISSIBLES"

Jean-Marc Ayrault a annoncé la semaine dernière la suspension de l'écotaxe poids lourds, qui devait entrer en vigueur le 1er janvier, face à la fronde des "bonnets rouges", le temps de trouver un mécanisme acceptable par tous.

Cette taxe les camions, votée par la précédente majorité, vise à favoriser les modes alternatifs de transport au nom de la préservation de l'environnement, avec un gain annuel attendu pour l'Etat de 760 millions d'euros.

La levée de boucliers des Bretons contre ce projet s'est traduite par des manifestations parfois violentes et la destruction de plusieurs des portiques où la taxe est prélevée.

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a dénoncé des "actes inadmissibles", tout en invitant à "ne pas confondre le comportement inadmissible de quelques individus (..) et la situation plus large d'un certain nombre d'acteurs bretons légitimement préoccupés par l'avenir de ce territoire".

A Carhaix, Christian Troadec a dénoncé pour sa part le "mépris" du gouvernement, qui "n'a pas entendu le message des Bretons".

"L'ultimatum n'est peut-être pas la bonne méthode, en tout cas on voit qu'on ne l'a pas emporté aujourd'hui mais je ne pense pas non plus que les diktats de Paris à l'égard de la Bretagne soient des bonnes méthodes", a-t-il dit sur BFM-TV.

"Nous allons déterminer les actions à venir pour les prochains jours et pour les prochaines semaines avec calme, détermination mais aussi en regardant la façon dont fonctionne Paris à l'égard des Bretons", a-t-il annoncé.

Plusieurs ministres sont montés au créneau pour défendre la gestion gouvernementale de cette crise qui illustre les crispations du pays sur les questions fiscales.

"Le gouvernement a compris l'ampleur des difficultés", a assuré sur France Inter le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, ancien président de la région Bretagne.

Mais "l'ultimatum ne fait pas partie de la République, on ne travaille pas comme ça", a-t-il prévenu.

Service France, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 72805271 le mercredi 6 nov 2013 à 18:08

    Au fait, il dit quoi l'autre Merluchon de sa manif ratée à Carhaix?

  • 72805271 le mercredi 6 nov 2013 à 18:06

    De toute façon, les portiques sont à terre, alors les politiques peuvent toujours dire ce qu'ils veulent.De plus, cela leur évitera d'imaginer que l'écotaxe puisse s'appliquer à l'ensemble des automobilistes, ce que nos braves écolos avaient déjà envisagé.

  • cg46 le mercredi 6 nov 2013 à 17:54

    L’environnement, ils s'en foutent, les 760 millions non !

  • jean-648 le mercredi 6 nov 2013 à 17:44

    Aller 45000 morts et la révolution est gagnée.

  • frede331 le mercredi 6 nov 2013 à 17:06

    Mort de Rire On en reparle dans 3 jours

  • M3435004 le mercredi 6 nov 2013 à 16:58

    Ce président et ce gouvernement sont FOUTUS. Ils n'ont plus AUCUNE CREDIBILITE. La police, la gendarmerie, l'armée ne le soutiendront PAS UNE SECONDE. Les Français ne veulent qu'une chose : qu'ils DEGAGENT ! Qu'ils insistent et ça va très vite tourner à l'aigre. La sagesse et la connaissance de l'Histoire devraient suggérer une DEMISSION DE HOLLANDE et des ELECTIONS !

  • dupon666 le mercredi 6 nov 2013 à 16:12

    il n'y a pas de gouvernement...tout juste une girouette grinçante et inutile

  • xtitix79 le mercredi 6 nov 2013 à 15:29

    et en plus les portiques ne sont même pas français ! CA c'est inadmisible ! (ils sont italien)

  • xtitix79 le mercredi 6 nov 2013 à 15:27

    les bonnets rouge, Cousteau avait de l'avance.

  • KAFKA016 le mercredi 6 nov 2013 à 15:11

    L'écotaxe n'est évidemment qu'un abcès de fixation. Les vraies raisons de la révolte grandissante des Français ont pour noms récents la Redoute, Fagor, Cristal d'Arques, Alcatel, Michelin, Fralib, Electrolux et Gad. Altares, société spécialisée dans la collecte d'informations sur les entreprises, a recensé au troisième trimestre 13 140 procédures collectives (sauvegardes, redressements et liquidations judiciaires d’entreprises) avec 52 700 emplois directs menacés

Partenaires Taux