Le gouvernement prêt à revoir l'impôt assis sur l'EBE

le
1
LE GOUVERNEMENT PRÊT À DES AJUSTEMENTS SUR LA TAXE ASSISE SUR L'EBE
LE GOUVERNEMENT PRÊT À DES AJUSTEMENTS SUR LA TAXE ASSISE SUR L'EBE

PARIS (Reuters) - Le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, a annoncé mardi que le gouvernement était prêt à des "ajustements techniques" sur la nouvelle taxe sur les entreprises assise sur l'excédent brut d'exploitation (EBE) afin qu'elle ne pèse pas sur les investissements.

Présentant le projet de budget 2014 devant la commission des Finances du Sénat, il a indiqué que ces ajustements pourraient être décidés dans le cadre des Assises de la fiscalité des entreprises dont le président François Hollande vient d'annoncer le lancement avant la fin de l'année.

Les organisations patronales sont vent debout contre cet impôt qui entre dans le cadre d'une nouvelle fiscalité assise sur les résultats des entreprises et non plus sur les facteurs de production pour ne pas alourdir le coût du travail, lui reprochant de pénaliser les sociétés qui investissent.

"J'entends les remarques sur le fait qu'un impôt sur l'excédent brut d'exploitation pourrait pénaliser l'investissement puisqu'il y a la prise en compte des amortissements dans cette assiette", a dit Bernard Cazeneuve.

"Comme nous avons fait ce que nous avons fait au terme d'une concertation qui a vocation à se poursuivre à la faveur des Assises de la fiscalité des entreprises annoncée par le président de la République, nous sommes bien entendus tout à fait désireux de procéder à des ajustements techniques qui permettraient de faire en sorte que cet impôt nouveau ne pénalise pas l'investissement", a-t-il ajouté.

D'un taux de 1%, qui est appelé à augmenter dans les années qui viennent, et épargnant les PME de moins de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires, la nouvelle taxe sur l'EBE devrait rapporter 2,5 milliards d'euros en 2014.

Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7562359 le mardi 1 oct 2013 à 22:34

    On dira ce qu'on voudra, un impôt supplémentaire est toujours un impôt supplémentaire et cela pèse forcément sur la rentabilité des entreprises, ce qui conduira à moins d'investissement. Ce gouvernement nous prend vraiment pour des bur..nes

Partenaires Taux