Le gouvernement pourrait geler les tarifs du gaz

le
0
Les prix du gaz augmentent de 5,2% ce vendredi 1er avril. Cette hausse pourrait être la dernière d'ici à la présidentielle en 2012, selon Les Echos .

Confronté à la pression des parlementaires, très remontés face à la hausse simultanée des prix des carburants, du gaz et de l'électricité, la ministre de l'Economie et des Finances, Christine Lagarde, le ministre de l'Industrie et de l'Energie, Eric Besson, et le secrétaire d'Etat à la Consommation, Frédéric Lefevbre vont se réunir ce vendredi et discuter de solution pour atténuer la flambée de l'énergie. Alors qu'une nouvelle hausse de 5,2% des prix du gaz entre en vigueur aujourd'hui, ce qui porte l'augmentation des tarifs sur un an à 21% et même à 61% depuis le mois de juillet 2005, le quotidien Les Echos révèle que le gouvernement pourrait décider de geler toute nouvelle augmentation du gaz d'ici à la présidentielle en 2012. L'envolée des cours du pétrole, qui sert de base pour la fixation des prix du gaz, pourrait en effet engendrer une nouvelle hausse des tarifs au 1er juillet prochain. Une mesure politiquement difficile à faire passer à un an des élections.

Prise en compte des coûts réels

Outre le gel pur et simple des hausses potentielles, les ministres envisagent une autre option : la révison de la méthode de calcul des tarifs gaziers. Pour l'instant, la formule ne tient compte que des volumes achetés par GDF Suez via des grands contrats d'approvisionnements signés avec des fournisseurs comme Gazprom, Sonatrach ou Statoil. Or l'opérateur a également signé des contrats de court terme à moindre coût qui, pris en compte, feraient baisser les coûts d'approvisionnement de GDF Suez et donc à terme les tarifs pour le consommateurs. C'est ce qu'avait conclu la Commission de régulation de l'énergie dans une délibération datée du 31 août 2010.

Enfin, le gouvernement devrait s'intéresser au prix de l'électricité. L'Etat doit arrêter dans les prochains jours le prix auquel EDF devra vendre une partie de son énergie nucléaire à ses concurrents. Les conditions demandées par l'opérateur historique auraient pour conséquence de faire augmenter les tarifs pour les consommateurs de 5 % par an jusqu'en 2015. Mais François Baroin, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, s'est déjà dit opposé à une telle augmentation.

LIRE AUSSI :

» Les prix du gaz augmenteront de 5,2% le 1er avril

» Les prix des carburants remontent

» Les prix à la pompe poursuivent leur ascension

» Eau : un millier de factures contestées en 2010

» Électricité : baisse de tarifs pour les plus modestes

» Electricité: les Français fidèles aux tarifs réglementés

» Électricité : la facture pourrait grimper de 5% par an

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant