Le gouvernement portugais veut baisser l'impôt sur les sociétés

le
7
LE GOUVERNEMENT PORTUGAIS VEUT BAISSER L'IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS
LE GOUVERNEMENT PORTUGAIS VEUT BAISSER L'IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS

LISBONNE (Reuters) - Le gouvernement portugais prévoit de réduire "nettement" les taux de l'impôt sur les bénéfices des entreprises dans le cadre d'un plan visant à sortir le pays de sa pire récession depuis les années 1970, a déclaré mardi le ministre de l'Economie, Alvaro Santo Pereira.

Il a également promis que la banque publique CGD débloquerait un milliard d'euros de financements supplémentaires cette année et 2,5 milliards l'an prochain. Par la suite, le gouvernement entend créer une véritable banque de développement dont le financement des PME exportatrices sera l'une des missions premières, a-t-il dit.

"Nous voulons plus d'investissement et le principal instrument pour y arriver, c'est la réforme de l'impôt sur les sociétés que nous entendons mettre en oeuvre par le biais d'une baisse importante des taux d'imposition, pour rendre l'investissement plus attractif", a dit Alvaro Santos Pereira.

Le taux de l'impôt sur les sociétés au Portugal est actuellement de 24%.

"Même si elle est importante, la baisse de l'impôt devra être progressive car nous n'avons pas les moyens d'appliquer une baisse très rapide", a précisé le ministre de l'Economie.

Il avait auparavant dit souhaiter ramener le taux de l'impôt sur les sociétés à 10% environ pour les entreprises engageant des investissements productifs.

Une telle baisse ferait de l'IS portugais l'un des plus bas d'Europe. Mais elle devrait être au préalable approuvée par Bruxelles, or le sujet est sensible, l'Union s'efforçant d'éviter le "dumping fiscal" entre ses pays membres.

Le plan du gouvernement portugais, a expliqué Alvaro Santos Pereira, devrait permettre de porter la part des exportations dans le produit intérieur brut (PIB) à 50% d'ici 202, contre environ 40% cette année.

En dépit la crise, les exportations portugaises ont augmenté ces deux dernières années, ce qui en fait l'un des rares soutiens à l'activité économique.

La croissance potentielle annuelle du PIB devrait atteindre 2% en 2020 contre 0,7% en moyenne sur la période 2000-2010. Cette année, le PIB devrait reculer de 2,3% après une chute de 3,2% l'an dernier.

Andrei Khalip et Filipe Alves, Marc Angrand pour le service français, édité par Matthias Blamont

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6059436 le mercredi 24 avr 2013 à 10:47

    La récession aggrave le déficit mais on est en déficit depuis les années 70, donc c'est vraiment un déficit structurel en France. Après peut être que les portugais veulent faire un peu de dumping.

  • ludo_82 le mercredi 24 avr 2013 à 10:06

    M60, les déficits en France sont dus à la récession, pas aux hausses d'impôts.24% d'IS au Portugal, ce n'est pas ce que j'appelle un taux confiscatoire.Par contre, le projet de le baisser à 10%, c'est du dumping fiscal.

  • M6059436 le mercredi 24 avr 2013 à 09:37

    Ludo, ils ont raisons car trop d'impots tue l'impot (Courbe de Laffer). Malgré des hausses pharaoniques des impots en France on va voir cette année que ça va vraiment moins bien rentrer...et que ce cher François va être encore très loin des objectifs de réduction des déficits.

  • ludo_82 le mercredi 24 avr 2013 à 09:11

    un gvt qui baisse les impôts alors que son pays est endetté jusqu'à l'os, c'est vrai que c'est vachement intelligent.

  • M1613438 le mercredi 24 avr 2013 à 08:48

    ils agissent dans le bon sens

  • m.young le mardi 23 avr 2013 à 20:50

    Bien de cet avis.

  • AND.KOTE le mardi 23 avr 2013 à 20:36

    Un gvt intelligent

Partenaires Taux