Le gouvernement n'a pas tranché sur la branche famille de la sécu

le
2
PAS ENCORE DE DÉCISION PRISE SUR LA BRANCHE FAMILLE DE LA SÉCU, DIT MICHEL SAPIN
PAS ENCORE DE DÉCISION PRISE SUR LA BRANCHE FAMILLE DE LA SÉCU, DIT MICHEL SAPIN

PARIS (Reuters) - Le gouvernement devra maîtriser les déficits de la sécurité sociale mais aucune décision n'a été prise à ce jour sur le moyen d'y arriver, notamment pour la branche famille, a déclaré mardi Michel Sapin.

Le ministre du Travail s'exprimait après la publication dans Les Echos d'un article selon lequel le Haut conseil de la famille estime qu'il faudra réduire de 2,2 milliards d'euros les prestations familiales d'ici 2016 pour redresser les comptes de la branche famille.

"Le gouvernement, il a une méthode, cette méthode, ça consiste à faire travailler des spécialistes, ça consiste ensuite à ouvrir la négociation ou la concertation avec les forces sociales, et en particulier le patronat et les syndicats, et ensuite nous prenons nos décisions", a déclaré Michel Sapin sur France Info.

"Aucune décision n'est prise dans ce domaine, mais il y a une orientation, nous devons maîtriser les déficits, tous les déficits, les déficits de l'Etat comme les déficits de la sécurité sociale. C'est l'intérêt profond de la France et des Français", a-t-il ajouté.

Selon Les Echos, le rapport qui sera présenté jeudi au Haut conseil de la famille -chargé de proposer des économies au gouvernement- ne donne pour l'instant pas de piste précise mais souligne que les classes moyennes et supérieures bénéficient largement de la politique familiale.

Le déficit de la branche famille devrait atteindre 1,7 milliard d'euros en 2016, auquel il faut ajouter les hausses de prestations annoncées en décembre pour lutter contre la pauvreté et qui coûteraient 400 à 500 millions d'euros à cette date, poursuit le quotidien économique.

Chine Labbé, édité par Jean-Baptiste Vey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le mardi 12 mar 2013 à 10:20

    "les classes moyennes et supérieures bénéficient largement de la politique familiale". elle profitent moins de cette politique car elles reçoivent le même montant d'allocations familiales et pas ou peu des autres allocations. Encore un mensonge qui montre leur état d'esprit.

  • ljay1 le mardi 12 mar 2013 à 10:00

    Quand il a fallut renflouer les banques.. Y-t-il eut discussions patronat-syndicat ???? Oh certe non...

Partenaires Taux