Le gouvernement mise sur un cercle vertueux européen

le
4
L'ESPOIR D'UN CERCLE VERTUEUX POUR RETROUVER LA CROISSANCE EN FRANCE
L'ESPOIR D'UN CERCLE VERTUEUX POUR RETROUVER LA CROISSANCE EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français mise sur la naissance d'un cercle vertueux né des décisions prises pour enrayer la crise de la zone euro afin de retrouver progressivement le chemin de la croissance dès l'an prochain malgré l'assainissement budgétaire.

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a validé cette hypothèse dans une interview parue lundi.

"On peut (...) raisonnablement tabler sur un redressement progressif du taux de croissance en 2013, avec une moyenne qui serait sensiblement inférieure à 1% compte tenu de l'absence d'acquis de croissance en fin d'année 2012", dit-il aux Echos.

Le gouvernement a récemment abaissé de 1,2% à 0,8% sa prévision de croissance de l'économie française en 2013, parlant d'un chiffre "prudent et volontariste", quand le consensus des économistes se situe autour de 0,5% voire un peu moins dans les toutes dernières études.

Mais il estime que les bonnes nouvelles tombées ces dernières semaines sur le front européen sont de nature à relancer la machine, ce qui permettrait de tenir la promesse de François Hollande d'inverser la courbe du chômage d'ici à un an et d'obtenir les premiers résultats du "redressement" de la France pour lequel il a donné rendez-vous fin 2014.

La décision de la Banque centrale européenne (BCE) de racheter la dette souveraine des Etats en difficulté de manière "illimitée", le feu vert de la Cour constitutionnelle allemande aux mécanismes européens de solidarité et le vote "pro-européen" aux Pays-Bas nourrissent cet espoir.

DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE DIFFÉRENTE

Pour Christian Noyer, "l'horizon apparaît aujourd'hui beaucoup plus dégagé" et le gouvernement espère que la confiance, élément essentiel du retour de la croissance, est désormais rétablie de manière durable.

"Il y a une possibilité, au milieu de l'année 2013, qu'on soit dans une dynamique économique différente", explique-t-on à l'Elysée, où l'on mise également sur les partenaires sociaux qui doivent se prononcer à la fin de l'année sur les mesures susceptibles de doper la compétitivité du pays.

"Si on fait les emplois d'avenir, les contrats de génération, la compétitivité et qu'on soutient un certain nombre d'activités, on va avoir des résultats, même si on n'a pas une croissance extraordinaire", dit un proche de François Hollande à propos de l'inversion de la courbe du chômage.

Un membre du gouvernement insiste lui aussi sur l'importance d'une stabilisation de la zone euro pour aller de l'avant.

"On peut parfaitement imaginer un retournement de conjoncture courant 2013 si les problèmes de l'Europe se calment", dit-il. "C'est ce que me disent tous les chefs de grandes entreprises. S'il y a une reprise en avril, mai, juin ou juillet, ça aura un impact immédiat sur l'emploi."

Il reste à savoir si la restauration d'un climat de relative confiance au niveau européen et une éventuelle reprise timide de la croissance permettront de compenser l'impact des mesures d'assainissement budgétaire promises par l'exécutif.

Pour conserver la faveur des investisseurs et consolider sa relation avec Berlin, François Hollande a écarté les appels à desserrer l'étau budgétaire et la France maintient sa volonté de ramener son déficit public à 3% du PIB fin 2013, après 4,5% en 2012, au prix d'un tour de vis fiscal de 30 milliards d'euros.

L'augmentation de 10 milliards d'impôts des ménages, qui sont le moteur de la croissance par la consommation, et de 10 milliards sur les entreprises risque de ralentir l'activité économique, le tiers seulement de l'effort étant obtenu par des économies budgétaires.

Service France, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • t.funny le lundi 17 sept 2012 à 23:56

    Pas possible les recos dommage car le duo marshaka et famury13 m'ont vraiment bien fait rire merci a eux ... on en a bien besoin pour supporter le gouvernement :)

  • ANOSRA le lundi 17 sept 2012 à 15:29

    Le Président normal veut de la croissance, mais par l'impôt bride le moteur de la conso des ménages et freine l'investissement des entreprises , normal, c'est un Enarque qui n'a jamais rien compris à l'économie en dehors de celle tordue de Bercy !!!

  • fmaury13 le lundi 17 sept 2012 à 14:14

    on mettra du pain dans les voitures et on boira de l'essence;;; on sera tout feu tout flamme en 2013

  • marshaka le lundi 17 sept 2012 à 13:45

    Bien sur, racheter des bons du trésor à des pays insolvables va créer des emplois, il n'y a que des journalistes pour avaler une couleuvre pareille ! Les QE américains et européens ne vont que créer de l'inflation... bientôt l'essence à 2€ par litre et la baguette à 2 €

Partenaires Taux