Le gouvernement juge très élevée la hausse de 7% voulue par GDF

le
1
LE GOUVERNEMENT JUGE TRÈS ÉLEVÉE LA HAUSSE DE 7% DEMANDÉE PAR GDF
LE GOUVERNEMENT JUGE TRÈS ÉLEVÉE LA HAUSSE DE 7% DEMANDÉE PAR GDF

PARIS (Reuters) - La demande de GDF Suez d'augmenter les tarifs du gaz de 7% le 1er octobre n'est pas satisfaisante et semble très élevée, a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem.

Selon des sources proches du dossier, le groupe a transmis à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) une demande de hausse de 0,9% pour couvrir ses coûts d'approvisionnement et réclame en parallèle une revalorisation de 6% pour compenser le plafonnement à 2% de la hausse survenue en juillet.

"Je vous confirme que cette demande a été adressée au gouvernement. Cette demande en l'état n'est pas satisfaisante et nous semble très élevée", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem lors du compte rendu du conseil des ministres.

Selon l'une des sources, GDF Suez a par ailleurs saisi le Conseil d'Etat pour contester le plafonnement de la hausse de juillet après avoir obtenu l'annulation d'un gel des tarifs décidé par le précédent exécutif.

L'actuelle formule de calcul des tarifs du gaz permet une plus grande prise en compte des prix de marché que la précédente - et doit donc actuellement permettre de modérer les hausses -, mais les coûts du gaz importé en France restent majoritairement indexés sur le pétrole.

"On sait qu'il y a eu des augmentations du prix du brut (mais), en même temps, notre devoir est aussi de protéger les consommateurs et leur pouvoir d'achat", a déclaré le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, à la sortie du conseil des ministres.

Les tarifs réglementés du gaz concernent actuellement 9 millions de foyers environ.

La hausse limitée à 2% des tarifs du gaz survenue en juillet a été décidée malgré un avis défavorable de la CRE, selon laquelle la législation en vigueur aurait dû entraîner une augmentation de 7,3% pour couvrir les coûts de GDF Suez.

La demande de GDF Suez de hausse intervient alors que le Parlement doit se prononcer d'ici à la fin de l'année sur un projet de loi instaurant des tarifs progressifs du gaz en France, qui repose sur un objectif de baisse de la consommation des ménages.

Au cours des cinq dernières années, la hausse des cours du pétrole a contribué à une augmentation de 31% des tarifs appliqués aux clients de GDF Suez chauffés au gaz.

Le groupe a fait savoir début août que la limitation à 2% de la hausse des tarifs se traduirait par un manque à gagner d'environ 30 millions d'euros sur son résultat brut d'exploitation du troisième trimestre.

A 13h10, malgré les déclarations du gouvernement, l'action GDF Suez affichait un gain de 1,27% à 20,00 euros pendant que le CAC 40 progressait de 0,65%.

(Elizabeth Pineau et Benjamin Mallet, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 12 sept 2012 à 15:07

    Oh c'est vrai ça ?